Wimbledon

Elena Rybakina gagne Wimbledon et devient la première Kazakhe à remporter un Grand Chelem

Elena Rybakina a marqué l'histoire de son pays en remportant Wimbledon.

© AFP

09 juil. 2022 à 05:00 - mise à jour 09 juil. 2022 à 14:57Temps de lecture2 min
Par Raphaël Deby

Elle avait rendez-vous avec l’histoire et elle s’est ratée. Face à la Kazakhe Elena Rybakina (WTA 23), Ons Jabeur (WTA 2) semblait avoir les choses en main mais s’est inclinée en finale de Wimbledon sur le score de 3-6, 6-2, 6-2. Rybakina devient la première Kazakhe à remporter un Grand Chelem alors que Jabeur rate l’occasion de devenir la première Africaine à réaliser une telle performance.

C’était un jour historique ce samedi sur le gazon anglais entre deux joueuses qui découvraient les finales en Grand Chelem. C’était d’ailleurs la première fois dans l’ère Open que la finale de Wimbledon opposait deux néophytes à ce niveau. Que ce soit Jabeur ou Rybakina, toutes les deux jouaient pour marquer l’histoire.

Après avoir chacune remporté leur premier jeu de service, c’est Jabeur qui a profité de sa première occasion de faire le break pour prendre de l’avance (2-1). Bien plus solide sur son service, la Tunisienne a ensuite géré tranquillement et est même passée tout proche du double break à 3-1 mais Rybakina a su serrer le jeu au bon moment. À 5-3 pour Jabeur, la numéro 2 mondiale s’est offerte un deuxième break pour empocher très logiquement la première manche (6-3).

Au niveau des statistiques, la supériorité de la Tunisienne était évidente : 75% de premier service contre 58% pour la native de Moscou. Sur sa mise en jeu, elle n’a perdu que quatre points alors qu’elle en a gagné 16 sur celui de son adversaire.

Jabeur a perdu pied

Alors que tous les feux étaient au vert pour Jabeur et que sa victoire se rapprochait, la Tunisienne a commencé à perdre totalement pied. Breakée d’entrée, elle n’a pas su revenir directement malgré une balle de break. Si elle a pu éviter le 3-0 en sauvant, à son tour, une balle de break, elle a ensuite raté trois nouvelles occasions de débreaker (3-1).

C'est alors que Rybakina a passé la deuxième vitesse en remportant à nouveau le service de Jabeur avant de le confirmer (5-1). Au moment de servir pour s’offrir la deuxième manche, la Kazakhe n’a pas tremblé, offrant aux spectateurs un dernier set décisif (6-2).

Parfaitement lancée dans la première manche, Jabeur a montré un visage totalement différent dans la deuxième, avec un pourcentage de premier service bien plus faible et plusieurs fautes directes assez surprenantes. Son langage corporel a également beaucoup changé. Alors qu’elle s’encourageait beaucoup et montrait de la détermination dans le premier set, Jabeur a montré plusieurs signes d’agacement devant ses fautes directes.

Rybakina en maîtrise

Désormais bien plus sous pression, Jabeur a entamé la troisième manche comme elle a terminé la seconde : en se frustrant et en donnant des points à Rybakina. Auteure d’un très mauvais jeu de service, Jabeur s'est mise dos au mur dès le début de la manche décisive en se retrouvant menée 2-0.

À 3-2, la Tunisienne s’est offert trois balles de débreak mais n’a pas su concrétiser, laissant Rybakina à deux jeux du titre. La Kazakhe a même augmenté son avance en remportant à nouveau le service de son adversaire, permettant d’augmenter son avance. Même si elle semblait très touchée au moment d’aller s’asseoir sur sa chaise, Jabeur n’a pas abandonné mais elle n’a pas su revenir, laissant Rybakina remporter le plus grand titre de sa carrière. Alors qu’elle n’avait atteint la deuxième semaine en Grand Chelem qu’à deux reprises, la Kazakhe est devenue la première joueuse de son pays à décrocher un Majeur.

Loading...

Sur le même sujet

Kyrgios a bien les armes pour battre Djokovic en finale

Wimbledon

Wimbledon: Rybakina, une finaliste née en Russie et au passeport kazakh

Wimbledon

Articles recommandés pour vous