Elephant island : les bagnes pour enfants au coeur d'un roman liégeois.

Elephant Island, Luc Baba

© Belfond

17 mars 2016 à 09:00Temps de lecture3 min
Par Thierry Bellefroid

L’enfance maltraitée est un thème difficile à aborder. Le Liégeois Luc Baba y parvient avec des mots d’une grande justesse et un point de vue tout à fait neuf. Sans misérabilisme. Sans voyeurisme non plus.

Luc Baba a toujours été au carrefour ténu du roman et de la poésie. Cette fois, il aborde avec plus de réalisme que jamais l’histoire d’un jeune garçon qui vit à Liège pendant la Première Guerre Mondiale. Un garçon, Louis, que sa mère se résout à placer à l’assistance publique, au Vertbois, en 1917, alors qu’il est âgé de sept ans. Pour Louis, comme pour sa sœur préférée, Rose, placée quant à elle à Sainte-Barbe, chez les nonnes, c’est le début de l’enfer et la fin de l’enfance. Le roman est pourtant une belle leçon de vie. Et s’il évite le happy end, Luc Baba ne cède jamais à l’envie de faire du pathos pour du pathos.

Pour lire un extrait d' Elephant Island

L’écriture reste très poétique ce qui a toujours été la marque de fabrique de l’auteur. Elle réserve notamment des descriptions de lieux et surtout de personnages remarquables. Mais la réalité très dure de ce roman n’est pas abordée de manière métaphorique pour autant. Luc Baba déroule toute une vie marquée du sceau de l’enfance volée. Comment se construit-on quand on a perdu, très jeune, son père au front ? Et quand votre mère vous a purement et simplement abandonné à des éducateurs pétris de morale, convaincus que seule la coercition et les privations peuvent faire de vous un être droit ? Et puis surtout, que fait-on du pouvoir que nous confère l’autorité sur les autres ? Voilà la question que ce défenseur de la liberté a inscrite au cœur de son livre. Au fond, en s’intéressant aux orphelinats d’abord, aux bagnes pour enfants ensuite, Luc Baba déplace juste le regard vers une réalité largement moins connue que celle des camps de concentration, mais tout aussi importante sur notre part noire. Quelle différence, entre ces " éducateurs " sadiques mais convaincus qu’ils sont dans la bonne voie et ces milliers de soldats qui ont porté la barbarie au quotidien dans les camps de la mort en se retranchant derrière les ordres reçus ? La question est toujours la même : qu’est-ce qui fait l’homme ?

Derrière ce récit vibrant, magistralement écrit, derrière ces questions d’une gravité toujours d’actualité, Luc Baba nous propose aussi d’observer la résilience et la rédemption à l’oeuvre chez ceux qui sortent de ces machines à briser l’enfance. Son héros deviendra journaliste - et non marin comme il l’avait rêvé. Et sa soeur Rose fera la choix inverse, comme touchée par le syndrome de Stockholm, celui de prononcer ses vœux et de rester parmi ses anciennes tortionnaires. Pour autant, leur destin ne se limite pas à ces choix radicalement opposés. À vous de le découvrir en lisant le livre.

Avec Eléphant Island, c’est un Luc Baba touché par la grâce qui nous livre son meilleur roman. Il est heureux qu’il l’ait signé chez un grand éditeur, Belfond. Cela lui permettra peut-être de trouver la place qui lui revient au terme d’une quinzaine d’années, déjà, consacrées à l’écriture de fiction.

Luc Baba, Elephant Island, Belfond.

Le 21/03/16 : Livr(é)s à domicile invite Luc Baba

Cette semaine, c’est chez la lectrice Bénédicte Lardinois que l’écrivain liégeois Luc Baba est invité à venir parler de son roman poignant "Elephant Island" (Ed. Belfond). Avec Thierry Bellefroid, ils évoqueront le livre à l’humour corrosif d’Adam Thirlwell, "Candide et lubrique" (Ed. L’Olivier) qui met en scène un antihéros qui a vraiment l’art de se mettre dans des situations impossibles ! Sur La Deux à 22h50.

 

Auteur d'une vingtaine d'ouvrages parmi lesquels des recueils de poésie, des livres pour enfants ainsi que des biographies, l'auteur liégeois Luc Baba revient avec un nouveau roman, son quatorzième, baptisé "Elephant Island" (Editions Belfond).

Pour la petite histoire, c’est en achetant un meuble dans une brocante, que l’auteur découvre dans un tiroir un livre oublié évoquant l’univers carcéral et les bagnes pour enfants... Le thème de l’enfermement et de la privation de liberté le touchant particulièrement, il trouve immédiatement là matière à démarrer un nouvel ouvrage. Inspiré de faits réels, ce livre nous raconte l'itinéraire de Louis qui, lorsque son père meurt en 1917 sur le front belge, se voit placé dans un orphelinat, loin de sa mère et de sa fratrie. Il n’a que sept ans et va connaître brimades, privation de nourriture et châtiments corporels. À l'ombre d'un conflit qui s'éternise, il rêve d'un bateau pour échapper à ce temple de la discipline. Un bateau qu’il contemple au port et qu'il ne parvient pas à prendre.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous