Elèves du secondaire équipés d'un ordinateur aux frais des parents : un "recul inacceptable" dans la gratuité scolaire pour la Ligue des familles et le RWLP

16 nov. 2021 à 15:41Temps de lecture4 min
Par Cynthia Deschamps

Mercredi 17 novembre, les députés du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) voteront un décret instituant de nouvelles règles en matière d’équipement informatique dans l'enseignement secondaire. Le but de ce décret est d'équiper, aux frais des parents, la majorité des élèves de l'enseignement secondaire supérieur d'un ordinateur portable ou d'une tablette propre. Pour le premier degré, ce changement aura lieu à partir de 2022-2023.

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sur proposition du ministre-président Pierre-Yves Jeholet et du ministre de la Fonction publique en charge de l’informatique, Frédéric Daerden, consacrera 25 millions d'euros en 2022 à la mise en place du décret. La même somme sera octroyée annuellement jusqu'en 2024.

Le décret 

Mais que prévoit concrètement ce décret ? Nous pouvons le résumer en trois points principaux.

1. Location et achat de matériel informatique

En cas de location, la FWB versera une indemnité de 25 euros par an pendant trois ans ou de 18,75 euros pendant quatre ans, par élève, au fournisseur informatique avec lequel les parents se seront engagés pour louer l’ordinateur ou la tablette. Les parents auront la possibilité de garder l'équipement une fois le matériel amorti.

En cas d’achat de l’ordinateur, il s’agira d’une indemnité de 75 euros. La Fédération versera aussi un complément à la société en cas de réduction octroyée à des parents en situation de précarité.

Les écoles devront passer par un système d'appel d'offres et proposer au moins une option inférieure à 500 euros. La plus chère ne pourra pas dépasser 750 euros, pour rester dans une gamme de produits similaires et ne pas créer d'inégalités trop importantes entre les élèves.


►►► À lire aussi : Enseignement et numérique : "On peut dire qu’on vient de très loin…" et les avancées se font en ordre dispersé


2. Prêt de matériel par l'école

Si, en tant que parent, vous ne souhaitez pas ou n’êtes pas en mesure de louer ou d’acheter du matériel via la plate-forme proposée, vous pourrez effectuer une demande de prêt de matériel informatique, auprès de l’école. Les écoles ont reçu des subventions afin de leur permettre de constituer un stock d’ordinateurs et/ou de tablettes destinés à être prêtés à minimum 5% de leurs élèves de secondaire.

3. Création d'un fonds de solidarité

Ce fonds a pour but d'aider financièrement les parents qui ont, par exemple, plusieurs enfants dans le secondaire ou qui n'en ont pas les moyens, à acheter ou louer le matériel informatique, via la plate-forme ou non, en réduisant les prix. Il vise aussi à augmenter le nombre d’ordinateurs ou de tablettes qui pourront être prêtées gratuitement par les écoles aux élèves. 

Le montant versé à chaque établissement dépendra de son indice socio-économique (ISE). Les établissements ayant l’ISE le plus bas recevront donc une intervention plus conséquente.

Gratuité scolaire

Ce décret est à remettre dans le contexte du premier confinement et à la mise en place de l'enseignement hybride. "Nous avons constaté qu'il y avait pas mal d'élèves qui n'avaient pas de matériel informatique pour suivre les cours à distance", explique Xavier Gonzalez, attaché de presse de Frédéric Daerden. "Cela créait des difficultés d'apprentissage et des inégalités entre les élèves. Pour remédier à cette situation, il y a eu cette initiative de lancer ce plan d'équipement numérique."

Le Parlement de la FWB vote aussi le 9 décembre 2020 une modification du "décret gratuité" qui autorise dorénavant les écoles à demander aux parents l’achat ou la location d’un ordinateur ou d’une tablette. Avant cette modification, si une école estimait qu’un ordinateur était nécessaire au suivi du cours, elle devait en supporter le coût.


►►► À lire aussi : 10 millions d'euros pour fournir des ordinateurs à 20.000 élèves en Fédération Wallonie-Bruxelles


Pour la Ligue des familles et le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté (RWLP), "il s’agit d’un recul inacceptable alors que le cheminement vers la gratuité scolaire n’en est encore qu’à ses prémisses".

"Est-ce que c’est normal que les parents doivent acheter des ordinateurs individuels à leurs enfants, alors qu’on pourrait par exemple mettre en place une classe informatique dans les écoles ?", se demande Christophe Cocu, directeur général de la Ligue des familles. "C’est vraiment un choix un peu surprenant de dire : pour qu’il y ait du numérique dans les écoles, on demande aux élèves de s’équiper et ce sont les parents qui vont devoir payer."

Facultatif

Xavier Gonzalez insiste : participer à ce plan d'équipement numérique n'est une obligation ni pour les élèves, ni pour les parents. "Mais cela va permettre à un plus grand nombre d'élèves qu'aujourd'hui d'avoir un accès à ces outils et à pouvoir développer l'apprentissage au travers d'outils numériques. Au final, il me semble que c'est davantage positif que négatif."

Nicolas Reynders, porte-parole de Pierre-Yves Jeholet, ajoute que, dans les faits, beaucoup d'écoles sont équipées de matériel informatique vétuste. Peu d'élèves ont donc l'occasion d'utiliser un ordinateur dans leur apprentissage. Ceux qui en l'occasion sont ceux qui en possède déjà un. "Ce système d'aide est donc un moyen d'éviter d'avoir un enseignement à deux vitesses", dit-il.


►►► À lire aussi : Une nouvelle plateforme pour équiper les écoles et élèves d'ordinateurs en Wallonie et à Bruxelles


Le porte-parole conclut en disant que "la FWB aimerait évidemment pourvoir chaque élève de matériel informatique gratuitement, mais elle n'en a pas les moyens."

Pour plus d'information, la FWB met à disposition une plateforme ouverte à toutes et tous.

Sur le même sujet

La rentrée scolaire toujours trop chère, dénonce la Ligue des familles

12 finalistes 2017

Forte hausse des ventes de PC en 2021

Articles recommandés pour vous