Regions Hainaut

Elèves tabassés à Leuze-en-Hainaut : 4 agresseurs identifiés, il y aura des suites judiciaires

Quatorze élèves du CESP blessés à des degrés divers, autant de familles choquées
24 juin 2022 à 07:07Temps de lecture2 min
Par Florence Dussart

Des élèves qui fêtent la fin des examens en terrasse et qui se font tabasser sans aucun motif par une bande de jeunes adultes connus des autorités. Cela s’est passé à Leuze-en-Hainaut, lundi soir. Une agression d’une telle violence (et manifestement purement gratuite) que l’affaire a directement été mise à l’instruction.

C’est peu dire qu’à Leuze-en-Hainaut, on ne comprend pas pourquoi ces quatre individus majeurs, adultes, s’en sont pris à ces étudiants. Lundi soir, sur la terrasse du club sportif Leuze Arena, des élèves de 17, 18 ans prennent un verre pour la fin des examens. Mais il y a là aussi une bande de jeunes adultes, éméchés. Il fait chaud. La bière coule à flots… Jusqu’à ce que ces adultes s’en prennent aux jeunes avec une violence inouïe : coups de pieds, de poings devant leurs camarades impuissants. Cette agression soudaine et particulièrement violente se solde par un bilan très lourd : commotion cérébrale, mâchoire déplacée (pour un jeune qui venait de porter un appareil dentaire depuis de nombreux mois) , fracture du crâne, côtes cassées, bras cassé (pour une victime qui venait de décrocher un job étudiant). Quatorze élèves du Centre Educatif Saint Pierre ont été blessés, certains très sérieusement.

Blessures psychologiques

Mais outre les dégâts physiques, les blessures relèvent aussi d’un traumatisme psychologique important. Très vite, la police a mis en place un soutien aux élèves, à leurs familles, au sein de l’école. "Ces petits jeunes qui fêtaient la fin de leur rhéto ne s’attendaient pas à ce que ça leur tombe dessus, déplore, ému, le chef de corps de la police de Leuze, David Deladrier. "Je comprends la tristesse des mamans, et je comprends aussi le désarroi des papas qui finalement doivent accepter les choses sans pouvoir trop réagir".

La police a donc soutenu les victimes, les parents, les proches, avec l’aide de l’assistante sociale. Mais elle a aussi apporté des indications quant aux suites, sur le plan judiciaire et sur le plan civil, en termes de réparations financières. "Il y avait beaucoup d’émotionnel à gérer. Les gens en avaient besoin. On ne s’imagine pas que ça puisse arriver. Et que ça puisse arriver à nos enfants", s’attriste David Deladrier.

Le bourgmestre de Leuze, Lucien Rawart a raboté les heures de fermeture de la buvette de Leuze Arena et du café la Loco, rappelant qu’il y a quelques jours, des personnes sortant de l’établissement ont fracturé au cours d’une bagarre la vitrine d’un fleuriste tout proche.
En ce qui concerne l’agression des élèves, l’enquête a rapidement permis aux autorités d’identifier les auteurs et de confirmer les faits grâce aux caméras de surveillance. Elle a mis la main sur quatre personnes ; une bande de jeunes adultes de la région, bien connue dans l’entité de Leuze, mais qui ne s’est jamais rendue coupable de faits aussi violents. Cette fois, elle devra répondre devant la justice.
 

Articles recommandés pour vous