Ceci n'est pas un selfie

Emmanuel Jehin, astrophysicien : "Nous sommes convaincus qu’il y a de la vie quelque part, mais il faut la trouver "

Avant d’être Maître de recherches au FNRS pour l’Université de Liège, Emmanuel Jehin a été un adolescent émerveillé par l’observation de la comète de Halley avec son père en 1986. Il avait beaucoup de questions, bien peu de réponses. De là est née sa passion pour l’Astrophysique. Trente-cinq ans plus tard, au micro de 'Ceci n’est pas un selfie', la science des comètes est sa spécialité :

Une comète, c’est un petit corps du système solaire, de quelques kilomètres de diamètre, formé de glace et de poussières, qui nous vient des confins du système solaire, où elle a été gelée pendant des milliards d’années, elle vient se réchauffer près du soleil et donne ce phénomène merveilleux. Les grandes comètes sont un phénomène très rare. "

Emmanuel Jehin est originaire de Spa où en 1991 avec quelques passionnés il a créé le Club d’Astronomie de Spa. Diplômé à l’Université de Liège d’abord en Physique puis en Astrophysique, " La reine des Sciences " estime-t-il, il est chercheur au FNRS depuis 2007 et Maître de recherches depuis cinq ans.

NASA Telescope Reveals Seven Earth-sized Planets Around Single Star TRAPPIST-1
NASA Telescope Reveals Seven Earth-sized Planets Around Single Star TRAPPIST-1 NASA/NASA via Getty Images

Son projet TRAPPIST a marqué les esprits, pas tant pour le choix amusant de l’acronyme que pour la découverte d’un système planétaire proche unique, le système TRAPPIST-1, composé de sept exoplanètes de tailles similaires à la Terre. De quoi donner l’ivresse ! Ce projet d’exploration des galaxies fonctionne par un réseau de deux télescopes robotiques de 60 cm, l’un situé à l’Observatoire ESO de La Silla au Chili, et l’autre à l’Observatoire de l’Oukaimeden au Maroc. Toujours aussi gourmand dans son appellation, le projet SPECULOOS (Search for Habitable Planets Eclipsing Ultra-Cool Stars) a développé des quatre télescopes robotiques de 1 m à l’Observatoire de Paranal au Chili.

Antenna at the ESO observatory of La Silla – Chile
Antenna at the ESO observatory of La Silla – Chile Alberto Ghizzi Panizza/Universal Images Group via Getty images

L’observation du ciel permet de relativiser beaucoup de choses. On ne se rend pas assez compte qu’on est finalement peu de chose dans l’univers, cette petite planète la Terre est perdue dans cette gigantesque galaxie de plus de 200 milliards d’étoiles, elle-même une galaxie parmi des centaines de milliards d’autres galaxies qui remplissent notre univers. La Terre est une poussière à l’échelle de l’univers. Il y a plus d’étoiles dans l’univers que de grains de sable sur toutes les plages de la Terre. "

James Webb Space Telescope, Large infrared space telescope
James Webb Space Telescope, Large infrared space telescope QAI Publishing via Getty Images

Pour pimenter la recherche en Science, il y a l’imprévu, la découverte fortuite. La Science évolue perpétuellement, mais les scientifiques s’appuient toujours sur les découvertes de leurs prédécesseurs. Les techniques évoluent de façon spectaculaire, permettant des résultats bluffant. Les premières images reçues du télescope James Webb sont époustouflantes, mais les résultats arriveront dans un an, le temps de confronter les analyses scientifiques. Emmanuel Jehin nous décrit les espoirs que cette nouvelle technologie amène :

" Le télescope est situé à quatre fois la distance Terre-Lune, à un million et demi de kilomètres de nous. Il fait six mètres cinquante de diamètre, son miroir est recouvert d’or, ce qui offre une plus grande réflectivité dans le domaine infrarouge. Grâce à cette technologie infrarouge, on peut percer les nuages de poussières dans lequel se forment les étoiles. A cause de l’expansion de l’univers, la lumière est en quelque sorte étirée, décalée vers le rouge, c’est le ‘redshift’. Grâce au télescope, on va pouvoir voir les premières galaxies dans l’univers. On va observer les atmosphères des exoplanètes pour peut-être y trouver des biosignatures qui sont la trace de présence de vie. Nous sommes convaincus qu’il y a de la vie quelque part, mais il faut encore la trouver !"

Pour une observation du ciel en bonne compagnie, rendez-vous à Spa les 12 et 13 août à Spa pour la 31e Nuit des Etoiles Filantes.

 

In this handout photo provided by NASA, NASA’s James Webb Space Telescope reveals Stephans Quintet, a visual grouping of five galaxies, in a new light on July 12, 2022 in space. This enormous mosaic is Webb’s largest image to date, covering about one-fift
In this handout photo provided by NASA, NASA’s James Webb Space Telescope reveals Stephans Quintet, a visual grouping of five galaxies, in a new light on July 12, 2022 in space. This enormous mosaic is Webb’s largest image to date, covering about one-fift NASA, ESA, CSA, and STScI via Getty Images

Sur le même sujet

Comparaison des images prises par Hubble et le télescope James Webb

Espace

Les instruments du télescope spatial James Webb sont opérationnels : "On va faire avancer la science à pas de géants"

Espace

Articles recommandés pour vous