Monde

Emmanuel Macron prend son temps pour annoncer sa candidature à l'élection présidentielle... Comme ses prédécesseurs

© AFP

C'est un secret de polichinelle depuis des mois. Pour tous les observateurs politiques, il est évident qu'Emmanuel Macron, au mieux dans les sondages, va se représenter. Il en a envie. Il l'a d'ailleurs reconnu publiquement mais jusqu'à présent, à 100 jours pile, avant le second tour de l'élection présidentielle, il n'est toujours pas officiellement candidat.


A lire aussi Emmanuel Macron ne confirme pas sa candidature à la présidentielle mais "projette le pays à 10 ans"


C'est un choix tactique

C'est une autre évidence. En n'étant pas encore en campagne officiellement, Emmanuel Macron veut préserver son image. Son image de "Président de la République qui travaille pour la France " alors que ses adversaires passent leur temps à battre le pavé, à participer à des meetings ou à être sur des plateaux de radio et de TV. Emmanuel Macron veut ainsi apparaître au-dessus de la mêlée.

Ne pas encore être candidat officiellement, est aussi rentable. Ses déplacements ne rentrent pas dans ses comptes de campagne. Lundi dernier, par exemple, Emmanuel Macron s'est rendu à Nice pour inaugurer le lancement de la construction d'un commissariat de police.


►►► Lire aussi : Déjà "en campagne" selon ses opposants, Emmanuel Macron part à l’offensive pour "une Europe puissante"


Une sortie qui n'a pas plu à ses adversaires. Valérie Pécresse, la candidate de la droite, n'a pas mâché ses mots." C'est sidérant, dit-elle, de voir un candidat-président qui va à Nice avec les moyens de l'Etat pour annoncer un programme présidentiel à l'horizon 2030 en matière de sécurité. C'est scandaleux. Nous, on fait campagne avec nos moyens qui sont beaucoup moins importants."

Tous ses prédécesseurs ont attendu comme lui

Tous, sauf bien sûr François Hollande qui avait décidé en décembre 2016 de ne pas se représenter au scrutin de 2017, vu, il est vrai, des sondages qui n'étaient pas bons. Ou sinon, tous les autres ont attendu avant d'annoncer officiellement leur candidature.

En 2002, Jacques Chirac, président depuis 1995, ne s'est déclaré officiellement candidat que le 11 février lors d'un déplacement à Avignon. Et cela via une réponse à une question posée par la maire de la ville. Jacques Chirac l'emportera face à Jean-Marie Le Pen.

En 2012, Nicolas Sarkozy qui avait gagné en 2007, annoncera le 15 février sa candidature dans le journal de 20H de TF1. Nicolas Sarkozy sera battu par François Hollande.

Enfin, et c'est le record en la matière, en 1988, François Mitterrand, vainqueur en 1981, attendra le 22 mars pour annoncer sa candidature. Cela se passera aussi lors d'un journal télévisé lors d'une interview assez surréaliste. Et le premier tour était pourtant fixé au 24 avril.

Mais pour François Mitterrand, le contexte était assez particulier. Il avait 71 ans, il venait de vivre la première cohabitation de la Vème République et surtout, mais officiellement, le grand public n'était pas vraiment au courant, François Mitterrand souffrait d'un cancer. François Mitterrand l'emportera face à son premier ministre de l'époque, Jacques Chirac.

22 mars 1988: déclaration de candidature à un 2e mandat de Mitterrand

Loading...

Sur le même sujet

Présidentielle française : premier meeting d'Emmanuel Macron le 5 mars à Marseille

Monde

Voix de France : le grand écart de la droite traditionnelle française sous l’ère Pécresse

Monde Europe

Articles recommandés pour vous