Réseaux sociaux

"Emotional damage!" : l’histoire derrière l’un des "mèmes" les plus célèbres des réseaux sociaux

Capture d’écran de la vidéo Youtube : "When "Asian" Is a Difficulty Mode" mise en ligne le 21 septembre 2021 par Steven He.

© Capture d’écran Youtube

03 avr. 2022 à 10:43Temps de lecture4 min
Par Grégoire Ryckmans

Les utilisateurs habitués des réseaux sociaux comme Instagram, YouTube ou TikTok sont nombreux à avoir aperçu ce mème. "Emotional damage!'", ou "dommage émotionnel" en français, a envahi les vidéos courtes et virales qui se multiplient sur les réseaux sociaux.

Le court extrait de quatre secondes ponctue généralement une séquence lors de laquelle l’un des interlocuteurs fait preuve de répartie, provoquant de ce fait un "préjudice émotionnel" à son interlocuteur. Cet extrait vu et partagé des milliards de fois est issu d’une vidéo postée en septembre 2021 par l’acteur et comédien sino-irlandais Steve He.

Loading...

Le "mème", une production culturelle qui se transmet

Le mème est un phénomène culturel dont le nom est issu d’une francisation de l’anglais '"Internet meme". Il s’agit d’un concept simple qui est diffusé sur les plateformes digitales sous différentes formes. Le concept ou l’idée peut être décliné sous la forme d’une photo, d’un GIF, d’une vidéo, d’un site Internet, d’une séquence TV ou d’un film, d’un hashtag, d’un personnage récurrent, ou simplement d’une phrase ou d’une "punchline".

Inventé par le biologiste et spécialiste du comportement animal Richard Dawkins dans les années 1970, le mème est un élément culturel qui se transmet de personne en personne. Il postule que la transmission de ces éléments culturels est soumise à des mutations, à l’instar de nos gènes.

Comme le notent nos confrères du Monde, la définition de Dawkins est donc large, et peut s’appliquer à presque toutes les productions de l’esprit humain. Cependant "avec le développement du Web, le mot acquiert un sens plus restreint dans le langage courant : celui d’un objet culturel, le plus souvent humoristique, qui se diffuse très vite au sein d’une communauté en ligne, chacun des membres de cette communauté pouvant se réapproprier l’objet et en créer sa propre version".

Une vidéo du Youtubeur Steven He à l’origine du mème

Une réappropriation à laquelle n’avait certainement pas pensé Steven He lorsqu’il a publié le 21 septembre 2021 une vidéo humoristique mettant en scène un joueur de jeu vidéo.

Loading...

Dans la vidéo originale, il imagine un jeu vidéo dans lequel un niveau de difficulté supplémentaire serait ajouté car certains joueurs se seraient plaints que celui-ci était trop facile. Après les niveaux "Facile", "Moyen" et "Difficile", un nouveau mode encore plus avancé ferait donc son apparition : le mode "Asiatique".

Après avoir sélectionné ce niveau de difficulté ultime, le Youtubeur sino-irlandais se met alors dans la peau d’un personnage. Il est alors tué en marchant simplement sur une branche, en étant juste touché par une feuille ou brûlé uniquement à cause des rayons du soleil.

Un peu plus tard, il rencontre une ennemie de taille : la "Tatie Boss". Avant même d’avoir commencé le combat cette "Tatie Boss" lui demande : "Steven, quand est-ce que tu es devenu si gros ?". La punchline est tellement puissante que le personnage décède instantanément de "dommages émotionnels". Il en enlève sa chaussure et la jette au sol violemment.

Cette vidéo postée sur Youtube a fait mouche puisqu’elle a déjà été vue plus de 34 millions de fois.

Une vidéo qui a fait le tour du Web

Mais c’est sur le réseau TikTok que l’extrait de quatre secondes va devenir encore plus viral. En décembre 2021, le compte TikTok @emotional-damage publie plusieurs vidéos dans lesquelles l’extrait vient ponctuer des échanges après une repartie.

C’est par exemple le cas dans cet extrait de l’émission X Factor diffusé aux États-Unis en 2012-2013. Dans cette compétition de chant télévisée, la chanteuse et juge Demi Lovato a un échange musclé avec l’un des candidats dont elle n’a pas apprécié la prestation.

Elle lui dit : "Beaucoup de gens travaillent vraiment très dur pour leurs rêves mais ce n’est pas pour tout le monde". "C’est la raison pour laquelle tu utilises de l’autotune et pas moi". La répartie fait mouche, l’extrait de Steven He vient ponctuer la déclaration.

Loading...

La puissance du mème

Une petite dizaine de réutilisations du mème plus tard, le compte TikTok compte plus d’1,1 million d’abonnés et les vues sur les vidéos explosent. Certaines sont vues plus de 26 millions de fois, juste sur ce compte. Mais cela ne s’arrête pas là. La tendance se répand à un point tel que le hashtag #emotionaldamage cumule à ce jour 2,4 milliards de vues. Des chiffres à faire tourner la tête.

Sur Instagram aussi, les vidéos courtes publiées sous la forme de "stories" ou de "reels" sont aussi hyperpopulaires. Et le mème s’y répand aussi de façon virale.

Dans cette vidéo, une femme demande à son partenaire s’il l’aimerait toujours si elle était grosse. Alors que l’homme lui répond que ce serait bien sûr le cas, un enfant répond : "Mais maman, tu es grosse".

Loading...

"Emotional damage", l’expression est également popularisée chez certains jeunes qui tentent même de reproduire la phrase avec l’accent particulier de l’acteur sino-irlandais. Il s’agit clairement d’un objet culturel qui se transmet et qui évolue.

Aujourd’hui, ces mèmes ont envahi les réseaux sociaux, les forums et sont devenus des éléments de communication incontournables sur les plateformes en ligne. Et si le "dommage émotionnel" est devenu aussi populaire, c’est notamment parce qu’il s’inscrit dans cette culture d’un Web inondé de vidéos courtes et marquantes.

Le "clash", "la phrase qui fait mouche", le sarcasme mais aussi parfois l’humiliation sont des tremplins pour la diffusion de mèmes comme celui-ci.

Parfois aussi, le mème exprime simplement en quelques secondes et de façon humoristique des sentiments forts, et c’est là toute sa force. Certains se reconnaîtront d’ailleurs peut-être dans les images de cette petite fille, visiblement exténuée, après une semaine difficile.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous