Emploi : les patrons seraient moins exigeants sur les "compétences requises" des candidats

Image d’illustration

© Tous droits réservés

22 févr. 2022 à 09:57Temps de lecture3 min
Par Kevin Dero sur base de la séquence "Le marché matinal" de Matin Première

" Expérience requise ", ces deux mots apparaissent très souvent dans les offres d’emploi. Apparemment, les employeurs semblent moins exigeants qu’avant sur cette fameuse expérience des candidats, c’est la conclusion d’une analyse faite par le moteur de recherche d’emploi en ligne Indeed. Ce moteur de recherche propose 150.000 offres d’emploi tous les mois en Belgique. Michel Gassée a interviewé à ce sujet Arjan Vissers, qui en est le responsable stratégie.

Le marché matinal

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Entreprises en recherche

"On a fait une analyse de combien d’annonces mentionnent le terme " pas d’expérience requise " et on voit ces derniers mois, pour les annonces où il n’y a pas d’expérience nécessaire, qu’il y a une hausse de 40%". Petit exemple concret : la chaîne de magasins Krëfel qui recrute des profils, je cite, " quelle que soit votre formation ou expérience ", ou encore Brussels Airlines qui a annoncé hier son intention d’engager 180 membres d’équipage de cabine, je cite là aussi, " avec ou sans expérience ".

Mais l’analyse des offres d’emploi permet-elle de dire quels sont les secteurs où les patrons deviennent moins exigeants sur l’expérience des candidats ? Oui, et ce serait surtout dans la vente et la production, comme le souligne Arjan Vissers : "Ce sont aussi les secteurs où on voit qu’il y a beaucoup plus d’annonces qui ont été publiées ces derniers mois. Il y a donc beaucoup d’entreprises qui cherchent. Et on voit que s’ils ont des difficultés à trouver des personnes pour remplir ces annonces, l’expérience devient de moins en moins importante".

 

L’économie repart

La responsable : la reprise de l’économie. Celle-ci accentue les pénuries de main-d’œuvre dans pas mal de secteurs. Les entreprises doivent donc faire plus d’efforts et parfois, c’est vrai, abaisser un peu leurs exigences, notamment sur l’expérience professionnelle demandée.

Mais cela signifie-t-il aussi que les employeurs sont de plus en plus souvent prêts à former un minimum les futurs salariés ? Oui, c’est très clair, si on engage quelqu’un sans expérience, par définition, il faut le former. Pour beaucoup d’entreprises, c’est néanmoins une contrainte supplémentaire dont elles se seraient sans doute passées. Sébastien Delfosse est le directeur général de Manpower Belgique : "C’est plus par contrainte que par véritablement changement de mentalité. Si on regarde le marché du travail d’il y a 50 ans, par exemple, il était beaucoup plus logique pour les entreprises, à la limite, d’engager quelqu’un et de le former. Tandis que ces 10-15 dernières années, était venu le mythe ou le culte d’avoir quelqu’un — excusez-moi l’expression — qui soit jeune mais très expérimenté. Donc, aujourd’hui, la pénurie de main-d’œuvre incite peut-être de nouveau les entreprises à avoir plus un focus ou une attention sur la personnalité, sur la motivation des candidats, quitte à un peu plus former ou à compenser un manque d’expérience simplement par le fait que la personne apprendra elle-même".

La formation importante

Chez BEA à Liège, qui fabrique, conçoit et produit des solutions de détection pour portes automatiques, on forme les salariés depuis longtemps déjà. Yannick André-Masse est responsable de la production, explique : "Pour les postes de soudure, il faut évidemment savoir souder sur des produits qui sont extrêmement petits, mais autrement, il n’y a aucun autre bagage à avoir. On forme nous-mêmes les opératrices pour les différents postes". Un personnel œuvrant sur les lignes de production qui est facilement trouvé cependant. "C’est plus compliqué en ce moment parce qu’on sait que le marché de l’emploi est en tension, mais en général, oui, à partir du moment où les gens sont motivés et ont envie de venir travailler, on n’a pas trop de soucis pour pouvoir avoir du personnel" souligne Yannick André-Masse.

Un profil qui compte

Pour les postes ne nécessitant pas d’expérience particulière, c’est donc le profil de la personne qui va jouer, comme dans cette offre d’emploi : " Vous nous intéressez si vous êtes dynamique, enthousiaste, volontaire, motivé(e) et si vous avez une bonne présentation ". Quant à l’expérience, elle viendra évidemment… sur le terrain.

Sur le même sujet

Découvrez "E-box", la boîte aux lettres pour professionnels

Le 6/8

Politique de l'emploi "asymétrique": la ministre flamande de l'Emploi Hilde Crevits voudrait un accord pour la fin mars

Politique

Articles recommandés pour vous