En 2022, l'indemnité du congé de maternité des indépendantes augmente mais la durée reste toujours plus courte

Maman indépendante ou maman salariée, le congé de maternité n'est pas le même.

© Getty images

01 janv. 2022 à 09:00Temps de lecture2 min
Par Marie-Laure Mathot

737,61 euros par semaine pendant les quatre premières semaines au lieu de 514,64 euros, c'est le nouveau montant que reçoit une maman indépendante qui accouche à partir de ce 1er janvier 2022. Une augmentation qui se justifie par l'augmentation du coût de la vie, c'est ce qu'on appelle une indexation.

Un congé plus court

Si cette augmentation est une bonne nouvelle, être maman et indépendante n'a pas les mêmes conséquences que quand on est salariée. D'abord parce que ce qu'on appelle encore officiellement un "repos" de maternité est plus court que pour les autres mamans. Là où une maman salariée a droit à 15 semaines d'absence au travail, l'indépendante doit se contenter de neuf semaines rémunérées. Les trois premières sont obligatoires, dont une avant l'accouchement. Pour la suite, la maman indépendante peut décider de prendre ce congé ou non, de le prendre à temps plein ou à mi-temps.

Une différence de statut qui n'existe pas pour le ou la partenaire, le congé de naissance est le même pour tous. Que le papa ou la co-maman soit indépendant ou salarié, il ou elle a droit à 15 jours depuis 2021. Cela passera à 20 jours en 2023. Avec les week-ends, cela correspondra à un mois, soit trois fois moins qu'une maman salariée.

Des réalités différentes

Ces jours de congé ont le mérite d'exister et d'être rémunérés mais ils ne sont pas toujours pris. Car on ne se remplace pas toujours aussi facilement en tant qu'indépendant qu'en tant que salarié.

Côté indemnisations, on a repris les montants renseignés sur le site de l'Inami, l'Institut national d'assurance maladie-invalidité. Comme ces montants varient en fonction du salaire du parent, nous avons choisi les montants bruts maxima pour un parent qui travaille à temps-plein, comme c'est affiché dans les tableaux de l'Inami au 31 décembre 2021.

Loading...

Les chiffres affichés ci-dessus sont donc donnés à titre indicatif et changent en fonction du salaire de chacun. 

Si comparaison n'est pas raison, surtout dans ce cas-ci où chaque situation est bien spécifique, il est tout de même possible de constater que :

  • le même régime est accordé aux papas et co-mamans, qu'ils soient indépendants ou non, ce qui n'est pas le cas pour les mères qui ont accouché.
  • la durée du congé après une naissance n'est pas la même pour tous. Les mamans salariées ont droit à 15 semaines là où les indépendantes ont 9 semaines d'allocations. Quant aux pères et aux co-mamans, ce sont 3 semaines non obligatoires.

Un impact important sur les carrières

Quant à l'impact de la maternité sur la carrière, il est toujours important. Une étude récente de la Banque nationale de Belgique montre qu'une maman a 3,2 points de pourcentage de chance en moins d’être en emploi qu’une femme sans enfant.

Des chercheurs de l'ULB ont également montré que la naissance d'un enfant représente en moyenne une diminution de 43% des revenus des mères et ce, jusqu'à huit ans après la première naissance.

Sur le même sujet:

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous