Politique

"En dix ans, 10% de trajets supplémentaires et des gares plus accessibles", affirme le ministre de la mobilité Georges Gilkinet

L'invité de Matin Première : Georges Gilkinet

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

14 oct. 2022 à 07:22 - mise à jour 14 oct. 2022 à 08:41Temps de lecture2 min
Par Thomas Gadisseux, avec Anne Poncelet

Où iront les investissements dans le rail ? En quoi les 3 milliards annoncés en 10 ans sont-ils réellement sécurisés ? Et le prix du billet de train risque-t-il d’augmenter ? Voilà quelques-unes des questions abordées dans Matin Première, avec le vice-Premier ministre et ministre de la mobilité, Georges Gilkinet (Ecolo).

Un total de cinq milliards

Le gouvernement fédéral a prévu 3 milliards d’euros supplémentaires pour financer la SNCB et Infrabel, mais dans quelle mesure sont-ils garantis ? Pour Georges Gilkinet, on est au-delà : "Trois milliards pour la prochaine législature et deux milliards depuis le début de cette législature, ça fait 5 milliards au total. Le gouvernement précédent avait au contraire décidé de couper un milliard dans le budget du rail. Là, on remet le train sur le rail, il a un rôle essentiel à jouer dans la mobilité de demain."

J’ai dû jouer au plombier et, à chaque fois, avec le gouvernement, nous trouvons des solutions.

Voilà donc pour les investissements. Mais à court terme, avec une SNCB sous tension, notamment à cause la crise énergétique, quels sont les moyens alloués pour améliorer le sort des navetteurs ? À cette question, Georges Gilkinet souligne les deux milliards investis depuis le début de la législation pour gérer notamment la crise du Covid, les frais liés aux inondations, les frais énergétiques de la SNCB qui est le plus consommateur du pays. "Et là, j’ai dû jouer au plombier et à chaque fois, avec le gouvernement, nous trouvons des solutions."

À terme, 4 trains par heure à proximité des grandes villes

À quoi ces nouveaux budgets vont-ils servir ? "C’est plus de trains sur le rail, plus tôt le matin et plus tard le soir."

"L’objectif c’est à proximité des grandes villes (Bruxelles, Anvers, Charleroi, Liège…) des trains plus fréquents, 4 trains par heure. Et à terme, dans tous les points d’arrêts, un train toutes les demi-heures mais ça ne se fera pas du jour au lendemain. On commencera par les lignes les plus fréquentées. Au total, en 10 ans, dix pourcents de trajets, de trains supplémentaires et de gares plus accessibles et un meilleur service d’infrabel, vers les entreprises pour augmenter le volume de marchandises transportées sur le rail".

Une rencontre avec les syndicats la semaine prochaine

Les syndicats ne voient de leur côté qu’un budget de 170 millions et un manque de garanties pour l’avenir. Un montant confirmé par le ministre de la mobilité. Georges Gilkinet précise : "170 millions plus une intervention en matière d’électricité, plus de perspectives à long terme et la possibilité de trouver avec la BEI, la banque européenne d’investissements des solutions".

Infrabel et la SNCB étaient des variables d’ajustements budgétaires. Ce n’est plus le cas.

Car quand on investit dans le rail, on améliore les conditions de circulation, la fréquence de trains, la ponctualité, dans un réseau qui a souffert ces dernières années, du fait qu’Infrabel et la SNCB étaient de variables d’ajustements budgétaires. Ce n’est plus le cas !

"Je sais que les syndicats sont inquiets", poursuit Georges Gilkinet. "Je vais les rencontrer la semaine prochaine. Nous allons inscrire dans les contrats de gestion cette trajectoire budgétaire, c’est un engagement du gouvernement fédéral, ces moyens seront verrouillés."

 

Le prix du train augmenté en février ?

À terme, il y a-t-il un risque d’augmentation des tarifs des trains ? "Il y a un risque", reconnait Georges Gilkinet, "mais je cherche des solutions. Comme dans les salaires, il y a une indexation automatique, elle est prévue pour février, et je fais tout pour éviter une augmentation aussi forte. J’ai proposé une réduction à zéro pourcent de la TVA sur les billets de train. C’est un signal à donner".

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous