Monde Europe

En France, des migrants attaquent en justice une mairie pour la destruction de leurs affaires

Des migrants à Grande-Synthe, dans le nord de la France, le 16 novembre 2021.

© Belgaimage

09 déc. 2021 à 19:02Temps de lecture1 min
Par Belga

Des migrants attaquent en justice la mairie de Grande-Synthe (nord de la France) après deux expulsions de campements en octobre, qu'ils considèrent illégales notamment en raison de la confiscation ou de la destruction de leurs biens personnels, a annoncé jeudi leur avocat.

Ces six exilés, de nationalité iranienne, ont saisi lundi le juge de l'exécution du tribunal judiciaire de Dunkerque (Nord) pour contester, non le bien-fondé, mais les modalités d'exécution de ces expulsions des 13 et 26 octobre, a expliqué à l'AFP leur avocat, Me Jérôme Giusti.

Des expulsions jugées illégales

Selon lui, ces expulsions sont illégales d'abord parce que le procès verbal d'expulsion n'a pas été notifié aux personnes qui vivaient sur ces campements, installés sur des terrains appartenant à la mairie socialiste.

En outre, l'huissier de justice présent "commandait une société de nettoyage dont l'objet était de détruire, de lacérer les tentes et de confisquer les biens des personnes, ce qui est totalement interdit", souligne-t-il, rappelant que le droit applicable est le même que pour les personnes expulsées de leur appartement.


►►► À lire aussi : Migrants : la Méditerranée "est en train de devenir un cimetière froid sans pierres tombales", dénonce le pape François


"Un PV (procès verbal, Ndlr) doit faire l'inventaire des biens sur les lieux, et si les personnes ne peuvent pas les récupérer immédiatement, elles doivent être informées qu'ils sont remis dans un local où elles pourront venir les chercher et que, si ce n'est pas le cas, ils seront vendus ou détruits sous un certain délais", pointe-t-il.

"Ils violent l'intimité des gens, parce que certains sont encore dans les tentes au moment où elles sont lacérées !", s'indigne l'avocat. 

Sur le même sujet

Drifts, pointes de vitesse : un véhicule de l’Armée de Terre s’embourbe après un rodéo à proximité d'un camp de migrants à Calais

Monde

Plus de 200 migrants mis à l'abri après l'évacuation d'un tunnel parisien

Articles recommandés pour vous