Monde

En Hongrie, des météorologues limogés après des prévisions inexactes ayant causé le report d'un feu d'artifice

Des feux d'artifice illuminent le ciel nocturne de la place des Héros lors des célébrations du nouvel an à Budapest, en Hongrie, le 1er janvier 2021.

© Getty images

22 août 2022 à 18:02Temps de lecture1 min
Par AFP, édité par Victor de Thier

Le gouvernement hongrois a limogé lundi la présidente de l'agence météorologique nationale (NMS) et son adjoint, deux jours après le report par crainte d'intempéries d'un grand feu d'artifice prévu à Budapest pour la fête nationale.

Kornelia Radics et Gyula Horvath ont été démis de leurs fonctions par le ministre des Technologies et de l'Industrie Laszlo Palkovics, qui chapeaute l'organisation, selon un communiqué du ministère, qui ne donne pas d'explication.

Contacté par l'AFP, le gouvernement n'avait pas réagi dans l'immédiat.

Cette annonce intervient au lendemain de critiques de médias pro-gouvernement contre l'agence météo, dont les prévisions annonçant orages et rafales de vent avaient provoqué l'annulation samedi du feu d'artifice.

"Ils ont donné des informations trompeuses concernant l'ampleur des intempéries, ce qui a induit en erreur l'équipe opérationnelle responsable de la sécurité", a ainsi écrit le journal en ligne Origo.

En 2006, les festivités avaient été endeuillées par une violente tempête qui avait fait cinq morts et plusieurs centaines de blessés, semant la panique parmi plus d'un million de personnes massées pour regarder le spectacle au bord du Danube.

L'agence météo s'excuse, l'opposition dénonce

L'agence NMS s'était "excusée" dimanche, invoquant "un facteur d'incertitude inhérent à la profession" de météorologiste.

Non, ce n'est pas une dictature en Asie centrale; c'est la Hongrie de Fidesz.

Dans une réaction diffusée sur le réseau social Facebook, le libéral Andras Fekete-Györ a ironisé: "Ils n'ont pas pu produire la météo souhaitée, ils ont été virés. Non, ce n'est pas une dictature en Asie centrale; c'est la Hongrie de Fidesz", du nom du parti au pouvoir.

Le feu d'artifice, présenté comme "le plus grand d'Europe" pour célébrer "l'Etat millénaire hongrois", a été reprogrammé au 27 août.

L'opposition avait demandé en juillet son annulation pure et simple, dénonçant "un gaspillage inutile d'argent" au moment où le gouvernement du nationaliste Viktor Orban exige des efforts des citoyens pour surmonter une période économique difficile.

Sur le même sujet

Varsovie s'opposera à toute démarche de l'UE visant à priver la Hongrie de fonds européens

Monde Europe

La Hongrie accroît sa dépendance énergétique à l’égard de Poutine : après le gaz, feu vert à la commande de deux réacteurs nucléaires russes

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous