Les Grenades

En Pologne, Justyna Wydrzyńska risque toujours la prison pour avoir aidé une femme à avorter

© Karolina Jackowska

11 janv. 2023 à 13:09Temps de lecture3 min
Par Camille Wernaers pour Les Grenades

La quatrième audience du procès de Justyna Wydrzyńska a eu lieu ce 11 janvier devant le tribunal régional de Varsovie-Praga. Les Grenades en parlent depuis l'annonce de la première audience, en avril 2022. Justyna Wydrzyńska fait partie des femmes qui ont marqué l’année 2022, une liste établie par notre rédaction.

Cette activiste polonaise, accusée de "favoriser l’avortement", risque trois ans de prison pour avoir aidé une femme à avorter. Elle est l’une des fondatrices, avec Natalia Broniarczyk et Kinga Jelińska, du collectif Abortion Dream Team, qui lutte en Pologne pour le droit à l’avortement – plus précisément pour les avortements autogérés par les femmes – et propose des conseils et des informations à ce sujet.

Dénoncée et perquisitionnée

Au début de la pandémie, en 2020, Justyna Wydrzyńska a répondu à l’appel d’Anna, une Polonaise enceinte de presque 12 semaines victime de violences conjugales et dont les pilules abortives commandées à l’étranger tardaient à arriver. Elle espérait pouvoir se rendre en Allemagne pour avorter, mais son mari a menacé de la dénoncer.

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

Face à cette situation, l’activiste lui a envoyé un paquet de pilules abortives. Le mari d’Anna, qui surveillait les communications de sa femme, a appelé la police et les a dénoncées. Les pilules de Justyna ont été confisquées et son domicile a été perquisitionné.

Les pilules confisquées par la police dans l’appartement de Justyna contenaient du mifepristone et du misoprostol, deux médicaments figurant sur la liste des médicaments essentiels de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle est depuis accusée d’avoir aidé une femme à avorter illégalement et de posséder des médicaments abortifs sans autorisation.

"J’aurais fait comme Justyna"

Ce 11 janvier, c’est le mari d’Anna qui a comparu devant le tribunal pour être entendu. De nombreuses personnes étaient présentes devant le bâtiment pour soutenir Justyna Wydrzyńska, dont des associations féministes polonaises. Plusieurs dizaines de personnes sont venues avec des banderoles disant "[J’aurais fait] Comme Justyna".

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

Avant d’entrer dans la salle d’audience, les militantes d’Abortion Dream Team ont pris la parole, selon le média polonais Gazeta Wyborcza. "Je ferais la même chose aujourd’hui", a soutenu Justyna Wydrzyńska. "Une femme polonaise sur trois a subi un avortement. Nous sommes là pour les aider. Et rien ne nous découragera", ont ajouté Kinga Jelińska de l’association Women Help Women et Natalia Broniarczyk d’Abortion Dream Team. D’autres dates d’audience sont déjà fixées au 6 février et au 14 mars.

Loading...

Il s’agit du premier procès de ce genre en Pologne et en Europe. "L’inculpation de Justyna Wydrzyńska crée un dangereux précédent en Pologne et envoie un message terrifiant aux personnes qui cherchent à avorter dans de bonnes conditions et à celles qui les aident à accéder aux soins", a déclaré Monica Costa Riba, d’Amnesty International.

Loading...

En Pologne, l’avortement est presque totalement interdit depuis novembre 2020. Il n’est autorisé qu’en cas de viol et d’inceste ou lorsque la vie de la mère est en danger.

Dans les faits, de nombreux médecins semblent inquiets de pratiquer des avortements, même dans les cas prévus par la loi. Plusieurs femmes sont décédées dans le pays après qu’un avortement leur a été refusé, en 2021 et 2022.

Avortement : une activiste poursuivie en Pologne – Archives JT 30/06/2022

Pologne : la bataille de l’avortement – Archives JT octobre 2020

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous