Energie

Energie et guerre en Ukraine : Gazprom annonce l’arrêt "complet" de Nord Stream 1, de "faux prétextes" pour l’Europe

Image d’illustration

© getty

02 sept. 2022 à 17:07 - mise à jour 02 sept. 2022 à 20:10Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Kevin Dero

Le géant russe Gazprom a annoncé vendredi que le gazoduc Nord Stream, vital pour les livraisons en Europe, sera "complètement" à l’arrêt jusqu’à la réparation d’une turbine, alors qu’il devait reprendre du service samedi après une opération de maintenance.

 

 

"Fuites d’huile"

Dans un communiqué, Gazprom a indiqué avoir découvert des "fuites d’huile" dans la turbine lors de cette opération de maintenance. "Jusqu’à la réparation […] le transport du gaz via Nord Stream est complètement suspendu", a indiqué le groupe.

Nord Stream 1 arrêté sous de "faux prétextes", selon la Commission

La Commission européenne estime que le géant russe Gazprom bloque l’approvisionnement en gaz via le gazoduc Nord Stream 1 sous de "faux prétextes", a affirmé sur Twitter un porte-parole de la Commission.

Un signe du cynisme de la Russie, qui préfère brûler du gaz plutôt qu’honorer ses contrats

"L’annonce de Gazprom vendredi après-midi qu’elle met à nouveau à l’arrêt Nord Stream 1 sous de faux prétextes est une nouvelle confirmation qu’elle n’est pas digne de confiance en tant que fournisseur", a tweeté le porte-parole Eric Mamer. "C’est aussi un signe du cynisme de la Russie, qui préfère brûler du gaz plutôt qu’honorer ses contrats."

Nord Stream 1 devait être remis en service samedi après plusieurs jours de maintenance, mais Gazprom a annoncé vendredi soir qu’une fuite d’huile avait été découverte à la station de compression de Portovaja. Le pipeline restera fermé jusqu’à réparation.

La ministre de l’énergie, Tinne Van der Straeten, arrive à une réunion du codeco, mercredi 31 août 2022 à Bruxelles.
La ministre de l’énergie, Tinne Van der Straeten, arrive à une réunion du codeco, mercredi 31 août 2022 à Bruxelles. © Tous droits réservés

Pas d’impact pour la Belgique, selon la ministre de l’Energie

L’échec du redémarrage du gazoduc Nord Stream 1 – le principal gazoduc d’approvisionnement en gaz russe pour l’Europe – n’aura pas d’impact sur l’approvisionnement de la Belgique, assure-t-on au cabinet de la ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten (Groen).

La Belgique continue à faire transiter un maximum de gaz vers l’Allemagne et les Pays-Bas en particulier

Le groupe russe Gazprom a annoncé vendredi soir que Nord Stream 1 ne redémarrera pas samedi après la fin des travaux de maintenance. Selon l’entreprise, une fuite d’huile a été découverte.

La situation est suivie de près, a indiqué le cabinet de la ministre Van der Straeten. Il n’y a pas d’impact sur l’approvisionnement belge en gaz. "Le stock de gaz à Loenhout sera constitué à 90% d’ici quelques jours, en avance sur le calendrier. La Belgique continue à faire transiter un maximum de gaz vers l’Allemagne et les Pays-Bas en particulier".

La ministre de l’Energie était l’invitée de "Jeudi en Prime" hier :

Jeudi en Prime

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Fluxys rassure

Chez Fluxys également, on affirme qu’il n’y a pas d’impact direct. La Belgique n’a plus importé de gaz naturel depuis l’Allemagne depuis des mois. La Norvège est notre principal fournisseur de gaz naturel. Un gazoduc sous-marin – Zeepipe – relie Zeebruges aux champs gaziers norvégiens. La Belgique importe également du GNL via les ports de Zeebruges et Dunkerque.

Les négociants en gaz s’attendent à ce que l’arrêt prolongé de Nord Stream I entraîne une nouvelle hausse des prix lundi, sans toutefois atteindre de nouveaux records.

Sur le même sujet

Nord Stream: une 4ème fuite, l'Otan dénonce un sabotage, Moscou un "Etat" étranger

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : le gazoduc Force de Sibérie 2 vers la Chine "remplacera" Nord Stream 2, annonce Moscou

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous