Icône représentant un article audio.

Chronique Économique

Enfin ! La claque que tout le monde attendait en Bourse

La Chronique Economique, en semaine à 8h30 et 17h30 sur Classic 21

Il fut un temps où sous nos contrées, le bon peuple s'écriait le "Roi est mort, vive le Roi". Aujourd'hui, ce serait plutôt la "Bourse recule, vive la Bourse". Étonnant, paradoxal, ce nouveau cri de ralliement ? En apparence seulement.

Il est vrai que la Bourse n'est pas en grande forme, c'est même un euphémisme. La Bourse n'a pas cessé de chuter depuis le début de l'année. Le Nasdaq pour ne donner qu'un seul exemple a perdu 26%. Bien entendu, ce n'est jamais drôle quand on est soi-même concerné. Mais si vous parlez avec des investisseurs aguerris, ils vous diront tous la même chose : c'est une belle claque, mais c'est une claque salutaire !

Non pas parce que ces vétérans de la Bourse sont masos ou qu'ils se réjouissent du malheur des autres, mais plus simplement, parce que la Bourse vivait dans l'euphorie depuis plusieurs années. En réalité, depuis que les banques centrales ont ouvert largement le robinet des liquidités et ont fait en sorte que les taux d'intérêt soient artificiellement proches de zéro pour cent.

Aujourd'hui, les banques centrales referment progressivement le robinet des liquidités. Motif ? Elles doivent lutter en priorité contre l'inflation, au risque d'ailleurs de faire dérailler la croissance fragile. Et pour lutter contre l'inflation, il faut passer par la case hausse des taux d'intérêt.

Or, c'est bien connu, la remontée des taux d'intérêt n'est généralement pas bonne pour le marché des entreprises cotées en Bourse et notamment celles qui sont trop endettées. Résultat, la purge boursière actuelle est une claque salutaire, car auparavant la plupart des sociétés cotées étaient survalorisées notamment dans le secteur des technologies.

Sur le même sujet

La Bourse, victime des courants d’air ?

Chronique Économique

Avec la disparition des voitures thermiques, l’exclusion d’une partie de la population risque de s’accentuer…

Chronique Économique

Articles recommandés pour vous