RTBFPasser au contenu
Rechercher

Enseignement : les sports études privés de… Sport de contact

Enseignement : les sports-études privés de... sport de contact
17 nov. 2020 à 14:57 - mise à jour 17 nov. 2020 à 14:57Temps de lecture1 min
Par Benjamin Brone

La reprise des cours en code rouge a signé l’arrêt des sports de contact pour les élèves inscrits dans ces filières qui combinent formation générale et sportive. Désormais, la plupart des écoles ont supprimé les entraînements et les activités sportives de contact, s’alignant sur les directives des fédérations et de la tutelle (Fédération Wallonie-Bruxelles).

Les vestiaires fermés jusqu’à décembre

Enseignement : les sports-études privés de... sport de contact
Enseignement : les sports-études privés de... sport de contact © Tous droits réservés

A Namur, le collège Saint-Servais dispose d’un sport étude orienté sur la pratique du football. Dix heures de cours par semaine y sont, théoriquement consacrées. Mais depuis la rentrée de ce mardi, seuls les cours théoriques sont maintenus.

"On va quand perdre un peu de sensations. Après, il va falloir deux ou trois semaines avant les retrouver. S’arrêter puis se remettre dedans, c’est à chaque fois très compliqué", confie Hugo, un élève de quatrième année.

"Ils sont à des âges, entre 14 et 20 ans, où les carrières commencent à se profiler", remarque Gauthier Smal. "C’est clair que le coup d’arrêt peut porter préjudice à leur évolution sur le plan physique", reconnaît le professeur d’éducation physique.

Privilégier la formation générale

Enseignement : les sports-études privés de... sport de contact
Enseignement : les sports-études privés de... sport de contact © Tous droits réservés

Dans cette école, l’option sportive est liée à la filière de technique de transition qui permet aux élèves d’obtenir une certification similaire à l’enseignement générale. Le directeur a donc décidé de privilégier les cours théoriques.

"Nos élèves vont privilégier, après, un master ou un baccalauréat en éducation physique ou en kiné", explique Pascal Charlier. "Et donc, on profite de cette absence de terrain pour renforcer la formation théorique des élèves pour leur permettre d’entamer des études supérieures dans ces domaines-là", conclut le Directeur.

Articles recommandés pour vous