Monde

Entre ouverture et charia à la lettre, l'Arabie Saoudite saisit des jouets arc-en-ciel pour défaut de conformité "à la foi musulmane"

16 juin 2022 à 13:08 - mise à jour 16 juin 2022 à 13:09Temps de lecture3 min
Par Catherine Tonero

Les autorités saoudiennes ont récemment saisi des jouets et des vêtements aux couleurs de l'arc-en-ciel dans des magasins de la capitale Ryad, rapportent les médias d'État. Des produits jugés "contraires à la foi musulmane", en raison de leurs couleurs parfois associées à l'homosexualité. 

Bien que la monarchie du Golfe ait fait ces dernières années la promotion de réformes sociales visant à donner une image plus libérale au monde et à sa jeunesse, le conservatisme religieux et la répression politique restent très importants dans ce pays où l'homosexualité est un délit passible de la peine de mort.

Saisies et amendes

"Nous contrôlons les produits contraires à la foi musulmane et la morale publique et qui affichent les couleurs de l'homosexualité, en ciblant la jeune génération". Ce sont les mots d'un responsable du ministère du commerce de l'Arabie Saoudite, qui précise que des amendes ont été imposées aux revendeurs de ces articles, comprennant des jouets, vêtements, chapeaux ou trousses multicolores. 

Sujet dans notre 19h30 de ce jeudi :

Le drapeau arc-en-ciel est un symbole des communautés LGBTQ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et queer). L'Arabie Saoudite est un pays connu pour son interprétation stricte de la charia, la loi islamique. Et "les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont interdites par cette loi religieuse qui criminalise tous les rapports sexuels en dehors du mariage", rappelle Jihane Sfeir, professeure à l'ULB.

Ouverture Vs charia à la lettre

La spécialiste du monde arabe contemporain évoque une aberration résultant d'un "bras de fer" entre le prince héritier Mohammed Ben Salmane (MBS), prônant une ouverture de l'Arabie Saoudite, et le Grand mufti d'Arabie Saoudite, soit la plus haute autorité religieuse du pays, ouvertement opposé à l'homosexualité qu'il avait qualifiée l'an dernier de "crime ignoble". 

"On a d'un côté un blanchiment de l'image du pays voulue par la stratégie de communication de MBS qui passe notamment par sa "Vision 2030" avec l'imposition de la culture et du divertissement comme moyen doux, de soft power pour améliorer l'image du pays et l'ouvrir vers l'extérieur. Et puis de l'autre côté, des autorités religieuses qui appliquent le Coran et la loi religieuse à la lettre", explique-t-elle.

"Pour comprendre, il ne faut pas oublier que l'Arabie Saoudite, c'est un peu comme le Vatican. C'est un pays qui accueille les deux lieux saints de l'Islam: La Mecque et Médine. La religion musulmane recommande à tous les Musulmans d'aller y faire le pélerinage au moins une fois dans leur vie". 

Un "message empoisonné" aux enfants

Selon les médias saoudiens qui ont relaté l'information, des couleurs arc-en-ciel dans des magasins de jouets envoient un "message empoisonné" aux enfants. "Ce terme renvoie à cette représentation de l'Occident porteur de valeurs jugées immorales. Dans la mentalité saoudienne, il représente un lieu de dépravation, où l'homosexualité est majoritaire, qui fait circuler des maladies commes le sida, etc. On est dans une condamnation de l'Occident pour des pratiques blâmables et jugées infammantes par les autorités religieuses", analyse Jihane Sfeir.

Le ministère saoudien du commerce a diffusé ces images de saisies réalisées dans des magasins de la capitale Ryad.
Le ministère saoudien du commerce a diffusé ces images de saisies réalisées dans des magasins de la capitale Ryad. © Tous droits réservés

Elle ajoute les homosexuels condamnés dans ce pays sont exposés à des peines de flagellations ou d'emprisonnement jusqu'à la peine capitale. "Malheureusement, comme on est dans l'opacité, on ne connaît pas le nombre de personnes exécutées pour cette raison, mais la peine de mort y a encore été évoquée par un rapport du département d'Etat américain en 2020".

"Une politique d'ouverture imposée par un état autoritaire"

"Même la politique d'ouverture du prince héritier est une politique d'ouverture imposée par un état autoritaire", poursuit la spécialiste qui pointe aussi le contexte géopolitique: "Aujourd'hui, avec la guerre en Ukraine, l'Europe et les Etats-Unis dépend beaucoup plus du pétrole des monarchies du Golfe dont l'Arabie Saoudite".

Le président américain Joe Biden est d'ailleurs attendu en juillet dans le royaume, où il devrait, selon les observateurs, chercher à obtenir des Saoudiens une augmentation de leur production de pétrole.

Guerre et realpolitik

"Ce contexte géopolitique fait que les responsables saoudiens se sentent les mains plus libres, par exemple pour interdire ces jeux arc-en-ciel et être ouvertement contre l'homosexualité", hypothèse Jihane Sfeir, "alors qu'avant, on essayait de davantage le cacher, avec une couverture médiatique imposée par la nouvelle politique de MBS pour adoucir l'image de l'Arabie Saoudite". 

En avril, le pays avait aussi demandé à Disney de supprimer les "références LGBTQ" du film de Marvel "Doctor Strange in the Multiverse of Madness", ce qui lui avait été refusé. Le film n'avait finalement pas été projeté dans le pays. 

Idem pour le dernier film d'animation de Disney, "Buzz l'Éclair", qui contient une fugace scène de baiser entre deux femmes vivant ensemble. Il vient d'être interdit en Arabie saoudite et dans plus d'une douzaine d'autres pays et territoires du Moyen-Orient et d'Asie.

Sur le même sujet

Les Emirats et l'Arabie interdisent un film Pixar contenant un baiser entre deux femmes

Monde Moyen-Orient

L'Arabie saoudite veut dépasser les 13 millions de barils de pétrole par jour d'ici à 2027

Economie

Articles recommandés pour vous