Equateur : des policiers attaqués par balles dans la prison de Guayaquil

© AFP or licensors

03 oct. 2021 à 11:26Temps de lecture1 min
Par Belga

Des agents de la police équatorienne ont été attaqués par balles samedi par des détenus de la prison de Guayaquil, dans le sud-ouest de l’Equateur, où quelque 118 personnes sont mortes – dont six décapitées – dans des affrontements depuis mardi, le pire massacre de l’histoire carcérale d’Amérique latine.

Alors que la police reprenait jeudi soir le contrôle de la prison, "pendant l’intervention ils ont été accueillis par des coups de feu de la part des personnes privées de liberté", a tweeté la police nationale d’Equateur.

La situation a été reprise en main par les agents et "le contrôle est maintenu", a-t-elle ajouté.

Une vidéo publiée par l’institution montre des policiers d’élite, accompagnés de soldats et d’un char militaire, pénétrant dans l’établissement.

A la suite des fusillades, la police a indiqué avoir saisi plusieurs armes et téléphones portables dans la prison, qui abrite 8500 détenus pour une capacité d’accueil de 5300 personnes.

Entre mardi et jeudi, de violents affrontements ont eu lieu dans la prison de Guayaquil entre groupes criminels liés au trafic de drogue. Quelque 118 personnes ont été tuées et 86 blessées ont informé jeudi soir les autorités judiciaires.

Le nombre total de prisonniers a augmenté de 30% au cours des six dernières années, pour un budget réduit de 150 millions à 99 millions de dollars au cours de la même période. Aujourd’hui, la surpopulation carcérale est très élevée.

Pour la réduire, le gouvernement vient d’annoncer son intention de construire davantage d’infrastructures pénitentiaires, d’accorder des grâces et de rapatrier les étrangers condamnés pour qu’ils terminent leurs peines dans leurs pays d’origine.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous