Erquelinnes : l'internement prononcé pour la mère infanticide

Erquelinnes : l'internement prononcé pour la mère infanticide

© BENOIT DOPPAGNE - BELGA

27 avr. 2021 à 19:58 - mise à jour 27 avr. 2021 à 19:58Temps de lecture2 min
Par Belga

La chambre du conseil de Charleroi a prononcé mardi après-midi l'internement de J.L., inculpée pour le double infanticide commis en juin dernier à la rue du Jeu de Balle à Hantes-Wihéries (Erquelinnes, province de Hainaut), a confirmé le parquet de Charleroi. Cette dernière avait été jugée irresponsable de ses actes par un collège d'experts.

Les faits, qualifiés de double infanticide, ont été commis le 30 juin dernier dans la maison familiale. L'inculpée, âgée de 37 ans, avait été placée sous mandat d'arrêt après avoir été entendue plusieurs heures par une juge d'instruction. J.L. est soupçonnée d'avoir tué deux de ses enfants, âgés de 7 ans et 22 mois, et d'avoir essayé de tuer son aîné de 9 ans, le blessant par arme blanche au niveau du cou, avant de tenter de mettre fin à ses jours. Le père de famille avait découvert la scène en rentrant à son domicile.    

Lors de son audition par la juge d'instruction, l'inculpée avait évoqué un enfant décédé à la suite d'une interruption de grossesse pour raisons médicales. Elle a expliqué avoir voulu mettre fin à ses jours "sans pour autant abandonner ses enfants". Une expertise mentale par un collège d'experts avait jugé l'inculpée irresponsable de ses actes. "Les trois experts ont conclu qu'elle était atteinte d'un trouble mental grave au moment des faits et l'est toujours aujourd'hui", avait confirmé Sandrine Vairon, procureure de division de Charleroi.    

Lors de l'audience publique qui a eu lieu ce mardi en fin de matinée, aucune partie ne s'est opposée à l'internement de l'inculpée. La juge d'instruction en charge de l'enquête a tenu à apaiser les culpabilités des proches de la famille. "Personne ne doit se dire qu'il a loupé quelque chose. Ce n'était tout simplement pas possible de prévoir ce qui allait se passer." J.L. souffre d'un "état dépressif mélancolique."    

Me Cigna et Me Mayence, avocats de l'inculpée, tiennent à ce que l'inculpée soit prise en charge le plus rapidement possible. "Elle est dans une profonde détresse. Il est important de vite désigner l'endroit et les mesures médicales pour soigner notre cliente."    

La chambre de protection sociale et le tribunal d'application des peines décideront des mesures à appliquer. "Cette chambre devra juger du type de soins à fournir à l'inculpée et dans quelle mesure, avec un placement en centre fermé ou non."
 

Sur le même sujet: JT 01/07/2020

Deux enfants retrouvés morts à Erquelinnes : la mère suspectée d infanticide dans un état stable le troisième enfant aussi

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous