Icône représentant un article video.

Déclic

Est-ce la fin des billets d’avion à bas prix ?

Le départ (temporaire ?) de Brussels Airport des deux avions Ryanair qui y étaient basés est-il un pas supplémentaire dans la fin d’un modèle « low cost » qui permet d’offrir des billets pas cher ?

Ryanair reste fermement installé à Charleroi et continuera de faire atterrir ses avions à Bruxelles. Mais ce départ est tout sauf anodin : c’est la fin d’un pari commencé en 2014, lorsque Ryanair s’est installé à Brussels Airport, un aéroport international.

Le COVID a fait du mal au secteur aérien, mais Ryanair est sorti renforcé de cette période, et en 2022, l’entreprise espère atteindre un milliard de bénéfices. Ce départ de Bruxelles ne s’explique donc pas par des difficultés financières : le patron de Ryanair Michael O’Leary a eu des mots très pour l’augmentation des frais aéroportuaires et pour la fameuse taxe belge sur les billets d’avion

Plus globalement, entre la consolidation du secteur, qui va amoindrir la concurrence, les attentes salariales du secteur, le contexte environnemental, l’augmentation du prix du carburant ou une future taxe sur le kérosène attendue, il semble clair que le billet d’avion pas cher sera bientôt un concept dépassé.

7 minutes pour y voir clair dans cet extrait de Déclic, votre Talk Info quotidien, du lundi au vendredi à 17 heures sur La Première et à 19h10 sur La Trois.

Sur le même sujet

Sextoy, vol, porno : voici les pires situations lors d'un voyage en avion

Voyages

Ryanair ferme sa base de Zaventem pour l’hiver, mais continue de desservir l’aéroport : 80 membres du personnel à relocaliser

Belgique

Articles recommandés pour vous