RTBFPasser au contenu
Rechercher

Ecologie

Et si les déchets des centrales nucléaires se transformaient en batteries ultra endurantes ?

La batterie d'Arkenlight est encore en phase de préproduction.
12 mai 2022 à 07:30Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Des chercheurs de l'Université de Bristol travaillent depuis plus de deux ans sur le recyclage de déchets nucléaires, en l'occurrence du carbone 14, destinés à produire des microbatteries particulièrement résistantes et endurantes.

Carbone 14 : des diamants presque "éternels"

Des déchets produits par les centrales nucléaires pourraient servir, demain, de matière première à la production de petites batteries. Des chercheurs ont en effet mis au point un système de batteries à base de carbone 14.

Le but ? Convertir ce carbone 14 sous la forme de petits diamants artificiels capables de produire suffisamment d'électricité bêtavoltaïque pour alimenter en énergie de petits objets connectés. En effet, leur faible capacité de production d'énergie limite ces "diamants" à n'alimenter que des objets à très faible consommation.

Le carbone 14 présente de très nombreux avantages. D'abord, il est relativement peu radioactif. Ensuite, il s'avère être particulièrement robuste puisqu'il est capable de résister aux températures les plus extrêmes et à l'humidité. Enfin, il a une durée de vie colossale pouvant dépasser largement les 10.000 ans.

Quelques grammes de carbone 14 suffiraient à produire plusieurs millions de microbatteries qui ne nécessiteraient aucune maintenance.

Il s'agit là à la fois d'un défi technologique et écologique à la veille d'un vaste programme de démantèlement des plus vieilles centrales britanniques.

Une commercialisation en 2023 ?

Le développement de prototypes et la future production de ce type de batterie est actuellement géré par la société britannique Arkenlight, créée spécialement pour promouvoir les travaux de ces chercheurs. Elle espère pouvoir commencer à commercialiser ce type de batterie d'ici la fin 2023.

À titre d'exemple, les chercheurs se sont déjà servis de premiers prototypes pour alimenter des capteurs surveillant l'activité d'un volcan. Arkenlight dispose d'ores et déjà des brevets nécessaires pour la fabrication de ses diamants.

Recycler des déchets nucléaires pour générer de l'énergie sans faire appel à d'autres matériaux est un formidable exemple d'économie circulaire.

Une start-up américaine, NDB, travaille également sur le même type de technologie, l'idée étant de pouvoir en équiper demain la majorité de nos appareils électroniques, du smartphone à l'ordinateur en passant par tous les objets connectés du quotidien, qu'il n'y aurait par conséquent plus besoin de recharger.

Sur le même sujet

Un Œil sur demain : comment recycler les batteries de voitures électriques ?

Sciences et Techno

Réacteurs et politique scientifique : le fédéral donne cent millions d’euros au centre de recherche nucléaire de Mol

Sciences et Techno

Articles recommandés pour vous