États-Unis : trois Américains blancs jugés pour le meurtre du joggeur noir Ahmaud Arbery

Beverly Green, avec la Coalition de Justice Transformative, manifeste au palais de justice du comté de Glynn alors que la sélection du jury commence pour le procès de la mort par balle d’Ahmaud Arbery le 18 octobre 2021 à Brunswick, en Géorgie.

© AFP

19 oct. 2021 à 05:41Temps de lecture2 min
Par Belga

La sélection des jurés a commencé lundi dans le procès de trois Américains blancs, répondant du meurtre du jeune joggeur noir Ahmaud Arbery, un fait divers qui avait scandalisé les Etats-Unis et alimenté les grandes manifestations antiracistes de l’été 2020.

L’affaire a failli ne jamais être connue tant les autorités locales se sont efforcées de l’étouffer.

Sont jugés par un tribunal de l’Etat de Géorgie, à Brunswick, Gregory McMichael, 65 ans, son fils Travis, 35 ans, et un de leurs voisins, William Bryan, 52 ans.

L’avocat Ben Crump (2e à droite) et Marcus Arbery Sr., père d’Ahmaud Arbery (au centre), arrivent au palais de justice du comté de Glynn le 18 octobre 2021 à Brunswick, en Géorgie
L’avocat Ben Crump (2e à droite) et Marcus Arbery Sr., père d’Ahmaud Arbery (au centre), arrivent au palais de justice du comté de Glynn le 18 octobre 2021 à Brunswick, en Géorgie © AFP

Rappel des faits

Le 23 février 2020, Ahmaud Arbery, 25 ans, faisait un jogging dans cette localité côtière du sud-est des Etats-Unis quand il avait été pris en chasse par les trois hommes.

Le père et son fils, armés, étaient à bord du même pick-up, tandis que leur voisin les suivait avec son propre véhicule en filmant la scène. Après une altercation, le jeune McMichael avait ouvert le feu et tué le joggeur.

Les trois hommes avaient ensuite assuré l’avoir pris pour un cambrioleur opérant dans les environs et avaient invoqué une loi de Géorgie autorisant de simples citoyens à procéder à des arrestations.

Pendant près de trois mois, les services du procureur local, pour qui Gregory McMichael, un policier à la retraite, avait longtemps travaillé, n’avaient décidé aucune interpellation.

Il avait fallu la diffusion de la vidéo du drame, relayée massivement sur les réseaux sociaux début mai 2020, pour que l’enquête soit confiée à la police de l’Etat. Peu après, les trois hommes avaient été interpellés et inculpés pour "meurtre" et "arrestation arbitraire".

Figure emblématique du mouvement Black Lives Matter

La mort de George Floyd quelques jours plus tard, sous le genou d’un policier blanc, avait relancé le débat sur les violences à l’encontre des Afro-Américains et le nom d’Ahmaud Arbery avait résonné dans les cortèges qui se sont multipliés dans tous les Etats-Unis jusqu’à la fin de l’été.

Fresques, slogans, portraits : le jeune joggeur est devenu une figure emblématique du mouvement Black Lives Matter (les vies noires comptent). "Un homme noir devrait pouvoir faire un jogging sans craindre pour sa vie", avait même tweeté le président démocrate Joe Biden à l’occasion du premier anniversaire de sa mort.

Sur le même sujet: JT 07/05/2020

Etats-Unis : une vidéo d'un joggeur afro-américain abattu dans la rue suscite l'indignation

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous