Monde Amérique du Nord

États-Unis : une juge ordonne un examen indépendant des documents saisis chez Trump

Un bus de campagne de l’ancien président Donald Trump est garé au magasin Trump Town le 30 août 2022 à Boone’s Mill, en Virginie. Le magasin situé dans une église reconvertie vend des souvenirs, des t-shirts et des drapeaux de Trump.

© 2022 Robert Nickelsberg

01 sept. 2022 à 04:31 - mise à jour 05 sept. 2022 à 17:50Temps de lecture1 min
Par Belga

Après avoir qualifié d'"injustifiée" la recherche par la justice américaine de documents classifiés conservés chez lui, Donald Trump a défendu sa demande de faire examiner par un expert indépendant les documents saisis chez lui par la police fédérale.

Une petite victoire pour le républicain, car un expert indépendant devra être nommé pour passer en revue les documents saisis, a ordonné lundi une juge aux États-Unis selon un document judiciaire rendu public.

La juge Aileen Cannon a accédé à la demande de l’ancien président américain par cette décision qui interdit temporairement aux enquêteurs d’utiliser dans le cadre de l’enquête criminelle les documents saisis dans la résidence Mar-a-Lago de Palm Beach.

Les enquêteurs peuvent en revanche continuer de passer en revue les documents "à des fins de classification et d’évaluations de sécurité nationale", selon la décision de la magistrate fédérale.

Celle-ci représente un sérieux revers pour le ministère de la Justice qui s’était opposé à la nomination d’une tierce partie indépendante, affirmant qu’elle pourrait bloquer l’accès des enquêteurs aux documents "et porterait sévèrement atteinte aux intérêts gouvernementaux, y compris en matière de sécurité nationale".

Nommée par Donald Trump lui-même en 2020, la juge Cannon écrit dans sa décision que la nomination du superviseur indépendant sera faite "sans tarder", demandant aux parties de venir avec une liste de noms potentiels pour une audience prévue vendredi.

Une découverte qui "aurait dû être anticipée"

"La prétendue justification de l’ouverture de cette enquête pénale est la découverte supposée d’informations sensibles au sein des quinze boîtes" de documents issus de la présidence conservés dans la résidence de l’ancien président en Floride et récupérés en janvier par les archives nationales, écrit la défense du milliardaire républicain.

"Mais cette 'découverte' aurait dû être anticipée au regard de la nature même des archives présidentielles. Autrement dit, l’idée selon laquelle des archives présidentielles contiennent des informations sensibles n’aurait jamais dû être source d’inquiétude", notent encore les avocats.

Sur le même sujet

Un document sur les armes nucléaires d'un pays étranger saisi chez Trump

Monde

Donald Trump réplique à Joe Biden : "C'est lui, l'ennemi de l'Etat"

Monde

Articles recommandés pour vous