Monde Afrique

Ethiopie : situation incertaine et inquiétudes internationales après la reprise des combats

Ethiopie

© Aude GENET

25 août 2022 à 12:33Temps de lecture2 min
Par AFP, édité par Lavinia Rotili

La communauté internationale s’inquiétait jeudi, au lendemain de la reprise des combats en Ethiopie entre armée fédérale et rebelles du Tigré qui a mis fin à cinq mois de trêve.

Ni le gouvernement éthiopien, ni les autorités rebelles du Tigré n’ont donné d’information sur la poursuite ou non des combats et aucun n’a répondu aux questions de l’AFP dans l’immédiat.

Dans un communiqué de mercredi, les autorités rebelles du Tigré ont indiqué que les forces gouvernementales "n’avaient pas réussi" à "briser (leurs) lignes de défense". Les combats, qui se sont déclarés mercredi dans des zones des régions de l’Amhara et de l’Afar, situées autour de la pointe sud-est du Tigré, ne semblent pas s’être étendus.

Le conflit qui dure depuis 21 mois a fait plusieurs milliers de morts, plus de deux millions de déplacés et plongé des centaines de milliers d’Éthiopiens dans des conditions proches de la famine, selon les Nations unies.

"Contacts directs"

Jeudi, le vice-Premier ministre éthiopien et ministre des Affaires étrangères Demeke Mekonnen a répété lors d’une réunion avec des diplomates que "le gouvernement est prêt à défendre l’intégrité territoriale et la souveraineté de la nation", selon un communiqué.

"Mais il est également déterminé à utiliser des moyens pacifiques pour mettre fin au conflit et à collaborer avec les organisations humanitaires pour atténuer les souffrances inutiles", a-t-il affirmé, accusant les rebelles de continuer à "utiliser à des fins militaires les fournitures humanitaires destinées à soutenir les civils, tout en ne reconnaissant pas les mesures de paix prises par le gouvernement".

Depuis fin juin, le gouvernement éthiopien et les rebelles du Tigré répètent leur disposition à entamer des négociations de paix, mais continuent de s’opposer sur leurs modalités. Et ces derniers jours se sont accusés mutuellement de se préparer à la guerre.

Le gouvernement fédéral veut des pourparlers immédiats sans précondition, sous l’égide de l’Union africaine (UA). Les rebelles exigent au préalable que soient rétablis l’électricité, les télécommunications et les services bancaires dont le Tigré est privé, et rejettent la médiation du Haut-représentant de l’UA.

Dans une lettre publiée mercredi, le chef des autorités rebelles du Tigré, Debretsion Gebremichael, a reconnu que "deux séries de discussions directes" avaient eu lieu avec des responsables civils et militaires du gouvernement éthiopien. Il a accusé le gouvernement éthiopien de ne pas avoir respecté des engagements pris à ces occasions.

Ethiopie: conflit au Tigré (images d archives)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

L’Ethiopie et l’Erythrée mènent une offensive militaire "conjointe" contre le Tigré, selon les rebelles

Monde

Ethiopie : Addis-Abeba a lancé un raid de drone sur Mekele, la capitale de la région rebelle du Tigré

Monde

Articles recommandés pour vous