C'est vous qui le dites

Être prof en 2022, c’est vraiment un enfer ?

© Belga Images

13 oct. 2022 à 09:26Temps de lecture2 min
Par C'est vous qui le dites

Des milliers d’enseignants sont attendus dans les rues de Namur aujourd’hui. Ils seront nombreux à manifester leur colère à propos du système d’évaluation qu’ils jugent inadéquat, mais aussi la surpopulation dans les classes, le fait qu’ils doivent retravailler leurs cours à cause du plan de pilotage, qu’ils ont trop d’administratif à faire et la crainte que la rationalisation des options fasse perdre des emplois.

Être prof en 2022, c’est vraiment un enfer ? C’est la question que l’on vous posait ce matin sur "c’est vous qui le dites".

 
Voici quelques moments forts de l’émission…

"On nous traite souvent de fainéants"

Mélanie, une auditrice de Mons, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "Cela fait 22 ans que je travaille et j’aime énormément mon métier. Mais le regard de la population sur les enseignants m’attriste. Je me rends compte que les gens ont une vision de nous très négative et je pense que les jeunes ne se lancent pas là-dedans à cause de cela."

Chaque métier a ses avantages et ses inconvénients

"On nous traite souvent de fainéants. La plupart des revendications sont pour les enfants. On a effectivement beaucoup de travail administratif pour lequel on fait des heures supplémentaires. L’administratif représente 20% de mon temps, et on pourrait m’en passer."

© Tous droits réservés

"Je n’aimerais pas être prof en 2022"

Depuis Mouscron, Gaëlle nous partage son point de vue : "Je remarque que les personnes qui font les réformes ne sont pas suffisamment sur le terrain. Avant de lancer des projets, il faut voir les conditions réelles. Je n’aimerais pas être prof en 2022. Dans mon entourage, les enseignants sont motivés, mais ils effectuent un travail énorme. Je trouve qu’on leur en demande trop. Une amie travaille ses cours après l’école et pendant tout son week-end."

© Tous droits réservés

"Ce n’est pas facile tous les jours"

Le débat se clôture avec Christian : "Je suis enseignant en travaux pratiques, ma direction est très correcte. Mais comme dans toute profession, il y a des avantages et des inconvénients. Ce n’est pas un enfer, mais ce n’est pas facile tous les jours. Les démarches administratives sont compliquées, nous devons sans cesse nous justifier. À chaque conseil de classe, nous avons des papiers à remplir sur les raisons d’échec, les compétences vues aux cours, etc. il serait possible de simplifier les documents."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous