RTBFPasser au contenu
Rechercher

Être une femme dans le jeu vidéo : Salomé Lagresle dans Unrolled

Salomé Lagresle dans Unrolled : son parcours de femme dans le jeu vidéo
03 juin 2020 à 11:30Temps de lecture3 min
Par Maxime Goffin

Comme tu l’as certainement remarqué, un nouvel opus de l’émission " Unrolled " de Queekie s’est déroulé ce jeudi 28 sur TarmacBE.

Une fois n’est pas coutume, notre streameuse a eu le plaisir d’y accueillir Salomé Lagresle, connue notamment pour ses interviews lors de " The Voice France ", ainsi que sa coprésentation des Pégases du jeu vidéo le 9 mars dernier.

Passionnée et engagée, elle s’est dévoilée au fil des questions de Queekie, dont voici un petit compte rendu.


1. Je t’ai regardée dans " La semaine du jeu vidéo ", qu’est-ce qui a fait que ça s’est arrêté ?

Déjà, le jeu vidéo ne rentre pas dans de belles cases comme la télévision. Ça évolue super vite, il faut être réactif et tu n’as pas le temps de mettre en place une vraie émission, sinon tu n’as que des infos froides. Ce créneau est dépassé. Tout le monde a déjà vu le dernier tweet, le teaser, etc.

2. Que penses-tu du " combat " entre la télé et les médias d’internet ?

Je pense qu’il n’y a pas vraiment de combat. Même si tu as les codes de la télé, tu ne vas pas forcément cartonner sur internet, et vice versa ; en témoigne le lancement de " Le Live ". Ce n’est pas parce que tu fais des millions de vues sur YouTube que tu vas amener autant de gens dans ton émission. Internet n’a pas volé l’audience de la télé, il a juste récupéré celle qui aurait arrêté de la regarder de toute façon car elle ne s’y retrouve plus. À chacun sa place !

3. Penses-tu qu’une émission telle que "les Pégases" permet de démocratiser le jeu vidéo auprès du grand public ?

Le jeu vidéo est le leader mondial en termes de divertissement, donc il faut arrêter de vouloir prendre sa revanche sur l’opinion publique qui nous qualifie de gros geeks, il n’y a clairement pas besoin de le démocratiser ! Pour ce qui est des a priori négatifs, on s’en fout un peu des gens qui ne veulent pas évoluer, donc autant avancer sans écouter ces quelques avis contraires.

4. Penses-tu que les streameuses qui se servent plus de leurs atouts pour fidéliser leur audience dégradent l’image de la femme dans les jeux vidéo ?

Ce n’est vraiment pas parce qu’une nana décide de se mettre un peu en avant qu’elle se prostitue pour autant ! Le milieu est tellement concurrentiel que chacun se débrouille un peu comme il peut pour plaire, et il n’y a aucun problème à ce qu’elles jouent la carte un peu plus facile. Si elles ont une audience, le reste on s’en fout, chacun vient pour ce que tu as à offrir, si ça marche pour elles tant mieux, et ceux à qui ça ne plaît pas peuvent juste ne pas regarder. Du coup il n’y a pas de souci à ce qu’elles offrent quelque chose d’un peu différent.

5. Une anecdote sur ta carrière ?

Tous les trucs les plus fous, c’était sur La Deux. Je me souviens de cette émission de Pâques où ils voulaient absolument que je me déguise, et ils m’avaient trouvé un costume de lapin géant totalement horrible. Du coup, on est partis en impro avec ça en sautillant sur place, et au début j’ai tout fait pour supprimer cette vidéo d’internet. Je voulais donner l’image de la présentatrice smart,  je ne voulais pas de ce dossier dans ma vie. Pourtant, maintenant, je regrette vraiment que la vidéo ne soit plus dispo. Ce sont ces petites imperfections qui font notre authenticité, il ne faut pas toujours chercher à correspondre à notre idéal !

6. Des projets sur l’avenir ?

Avec le Covid, le plan de base c’est déjà de rebosser ! Plus sérieusement, on devait faire plein d’émissions avec PlayStation. J’espère aussi pouvoir travailler sur la nouvelle édition de la cérémonie des Pégases !


Les avis pertinents et les opinions tranchées de Salomé nous ont bien éclairés sur la scène du jeu vidéo, et on espère que cette émission t’aura autant plu.

Si c’est le cas, tu pourras retrouver d’autres invités intéressants sur notre chaîne TarmacBE !

Articles recommandés pour vous