Regions Liège

Etudiante poignardée par un délinquant sexuel récidiviste : un policier liégeois renvoyé en correctionnelle

Louise Lavergne avait signalé un comportement suspect plusieurs semaines avant sa mort
17 nov. 2020 à 12:47 - mise à jour 17 nov. 2020 à 15:14Temps de lecture2 min
Par Olivier Thunus

Un policier liégeois devra comparaître devant le tribunal correctionnel de Liège pour homicide involontaire suite à la mort d’une étudiante française le 8 octobre 2017. Cette étudiante, Louise Lavergne, avait été poignardée par un délinquant sexuel récidiviste qui résidait à la même adresse que sa victime.

L’homme s’était suicidé en prison mais le parquet avait demandé le renvoi en correctionnelle de trois policiers liégeois pour des manquements qu’il estimait fautifs. Seul un d’entre eux est donc renvoyé devant le tribunal, a décidé ce mardi la Chambre du Conseil de Liège.


►►► Lire aussi : Féminicide de Louise Lavergne : des policiers ont-ils été négligents ?


 

Ce qui est reproché à ce policier, c’est d’une part d’avoir rédigé une fiche d’information plutôt qu’un procès-verbal lorsque la victime s’était présentée au commissariat pour signaler un comportement suspect de l’homme qui allait la tuer plus tard ; et d’autre part que cette fiche contenait plusieurs erreurs. Ce policier avait aussi consulté le registre mentionnant le pedigree de l’auteur des faits, ce qui aurait dû l’alerter. Pour ce policier, le coup est rude estime son avocat Maître Jean-Louis Gilissen : " C’est évidemment très dur pour le policier en question. Il y a une observation qu’il convient toutefois de faire : ce policier était poursuivi soit pour faute, soit pour faits volontaires, donc une non-assistance à personne en danger, et là la Chambre du Conseil souligne qu’évidemment il n’y a rien de volontaire ".

Deux autres policiers faisaient l’objet d’une demande de renvoi devant le tribunal. Ils bénéficient d’un non-lieu et Maître Renaud Molders, l’avocat d’un de ces policiers, souligne l’impartialité de ce jugement : " Ce qui est remarquable dans cette décision c’est le fait qu’il y ait un des policiers qui soit renvoyé. Cela donne encore plus de force à cette décision parce que cela démontre qu’il n’y a pas eu de volonté de protéger qui que ce soit ".

L’avocat de la famille Lavergne, Maître Adrien Masset, n’a pas souhaité réagir si ce n’est qu’il qualifie la décision de logique. Son confrère Alexandru Lazar, représentant le petit ami de la victime, a lui souligné " La très bonne motivation de l’ordonnance. A priori nous ne ferons pas appel " Un appel est toujours possible durant quinze jours pour les parties civiles et le parquet.

De son côté le chef de corps de la police de Liège, Christian Beaupère, a pris acte de cette décision et a redit sa confiance dans la Justice pour décider de la culpabilité ou non de ce policier qui avait été suspendu à l'époque et est aujourd'hui retraité.

Rappel des faits

Les faits ont eu lieu alors que Louise Lavergne, 22 ans, étudiante en médecine vétérinaire à l’ULiège, était seule dans son kot, dans le quartier du Longdoz à Liège. Son voisin, Patrick Vanderlinden, 54 ans, qui occupait l’appartement situé à l’entresol, avait frappé à sa porte et l’avait poignardée. Cet homme, elle s’en méfiait depuis une scène remontant au 8 février 2015. Ce jour-là, Louise avait remarqué que quelqu’un était en train de lui glisser un petit mot dans lequel il était indiqué qu’elle " lui plaisait ". Elle avait ouvert, et elle avait vu son voisin nu, remontant les quelques marches qui le menaient à son domicile. Elle ignorait tout des antécédents de l’intéressé, déjà deux fois condamné à de la prison ferme, et même à une mise à disposition du tribunal d’application des peines pour viol sur mineures d’âge. Mais interpellée par ce comportement, la mère de son petit ami l’avait convaincue de signaler cet incident à la police. Le 15 février 2015, elle s’était ainsi rendue au commissariat situé à côté de chez son petit ami.

Etudiante française tuée à Liège: archives JT du 23/06/2018

Lantin : suicide du meurtrier présumé de Louise

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous