Athlétisme

Euro d'athlétisme à Torun : les chances belges, Thiam, les Tornados et les autres...

La délégation belge pour Torun

© belga - Gery Folens

Ce jeudi (et jusqu'à dimanche soir) s'ouvre à Torun (Pologne) la 36e édition des championnats d'Europe en salle. La Belgique y présente la plus grande délégation de son histoire. Trente athlètes qui tenteront de ramener un minimum de 2 médailles. Mais d'autres bonnes surprises pourraient survenir.

Le sprint

60 mètres : Une épreuve qui, par le passé, nous a amené tant de belles performances. Dans les années 80, Ronald Desruelles a rapporté au pays 4 médailles (1 or - 1 argent - 2 bronze) sur cette distance en salle. Puis vinrent les années Kim Gevaert avec 3 médailles d'or sur 60 mètres (2002-2005-2007). Depuis c'est le désert et cette édition sera celle de la découverte de jeunes talents. Chez les messieurs Kobe Vlemincx (22) et Gaylor Kuba (25) espèrent tout au plus pouvoir franchir le 1er tour. Les regards seront surtout axés sur Rani Rosius (20), la petite perle que l'on annonce comme la nouvelle "Kim Gevaert". Elle est capable de nous surprendre. Une place en 1/2 finale serait déjà une réussite pour son premier grand championnat senior. Une place en finale serait une surprise car pas mal d'engagées ont déjà couru sous les 7'20 (record personnel de Rani : 7.27)

60 mètres haies : on y retrouve chez les filles deux valeurs sûres. Eline Berings disputera à Torun son 19e grand championnat (son 5e et dernier Euro indoor). Elle qui décrocha le titre européen en 2009 tirera, à bientôt 35 ans, sa révérence. Anne Zagre, elle aussi a déjà bien "bourlingué". Ce sera son 14e grand championnat (mais seulement son 3e Euro en salle). Leurs chronos permettent d'envisager une 1/2 finale. La finale semble inaccessible (mais sait-on jamais sur les haies) car 10 participantes ont un chrono en dessous des 8 secondes cette année. Ce qui n'est le cas pour aucune de nos compatriotes.

© Belga - Jasper Jacobs

400 mètres : Chez les hommes pas de Kevin ni de Jonathan Borlée qui n'ont plus couru de 400 officiel depuis fin 2019. Par contre Dylan est bien là. Mais le vice-champion d'Europe de 2015 n'est pas dans la même forme. Son meilleur chrono de l'année (47'38) n'est que le 3e au niveau belge derrière Christian Iguacel et Alexander Doom. Tous trois peuvent espérer, au mieux, une place en 1/2 finale. A moins que l'expérience en compétition de Dylan ne le fasse grandir au fil des courses. Alors tout serait jouable.

Chez les filles, vu leurs chronos actuels, Camille Laus et Hanne Maudens (dont ce sera le premier championnat dans la peau d'une ex-heptathlète) ne pourront prétendre mieux qu'une 1/2 finale. Cynthia Bolingo (vice-championne d'Europe à Glasgow il y a deux ans) peut quant à elle rêver d'une nouvelle finale. Mais 17 filles engagées ont couru plus vite qu'elle cette saison. Il faudra donc se rapprocher de son record pour espérer voir la finale.

Le demi-fond : espoirs de médaille avec Vanderelst et Crestan

Elise Vanderelst - 1500m
Elise Vanderelst - 1500m © belga - Jasper Jacobs

Le 800 mètres : Chez les messieurs tous nos espoirs reposent sur le Namurois Eliott Crestan. A 22 ans, l'athlète du SMAC est dans le top 10 des engagés. Son chrono établi à Metz (1.46'40) lui permet de penser à la finale très sélective. Et comme le nouveau recordman de Belgique progresse tactiquement, une fois au stade de la finale, les espoirs de podium sont de l'ordre du possible. Pour notre autre compatriote engagé, Aurèle Vandeputte, passer le 1er tour serait un succès.

Chez les filles, en l'absence de Renée Eykens (opérée de l'appendicite), Mirte Fannes et Vanessa Scaunet (CABW) prendront surtout du plaisir dans ce qui sera leur premier grand championnat continental.

Le 1500 mètres : Chez les messieurs, vu la concurrence, il sera difficile de s'extraire du 1er tour qui qualifiera directement pour la finale. Oussama Lonneux, Stijn Baeten et Michael Somers ne partent pourtant pas battus d'avance. Une course tactique favorable pourrait leur ouvrir la porte d'une finale.

Par contre chez les filles, les ambitions de Elise Vanderelst sont légitimes. Objectif avoué : au minimum la 1/2 finale. Mais Elise, nouvelle recordwoman de Belgique (4.05'71), en a sous le capot. Sa gestion du stress sera la clé. Mais elle a énormément progressé. Par ailleurs, aucune engagée dans cet Euro n'a couru plus vite qu'elle cet hiver. Une médaille est donc tout à fait à la portée de la Montoise. Pour Lindsay De Grande, 10 ans après son dernier Euro en salle, la Brugeoise vit déjà une victoire. Celle de revoir la compétition de haut niveau après une leucémie chronique. Un combat qui vaut toutes les médailles.

Le fond : ... et si Kimeli ?

Le 3000 mètres : la plus longue distance en salle pourrait nous réserver un coup d'éclat. Chez les messieurs Isaac Kimeli est un showman et un fameux coureur de fond. Le Belge d'origine kenyane est, pour rappel, déjà qualifié pour les Jeux Olympiques sur 5000 mètres. Cet Euro est donc un tremplin. A bientôt 27 ans l'athlète de Hal vient de pulvériser de près de 7 secondes son record sur la distance. Quatre athlètes engagés sur cette distance ont couru plus vite que lui cet hiver...mais Isaac est surprenant. Pourquoi pas une médaille ? Il sera aidé en série par Robin Hendrix et John Heymans qui tenteront de le rejoindre en finale.

Les concours : place aux jeunes

Merel Maes, 16 ans
Merel Maes, 16 ans © belga - Jasper Jacobs

Saut en hauteur : La jeunesse encore sera au rendez-vous. Chez les filles Merel Maes sera la plus jeune de toutes les participantes de cet Euro. La gamine (elle vient d'avoir 16 ans) de Saint-Nicolas vient de franchir 1m91 lors du championnat de Belgique. Une barre qui lui permet de goûter à un premier championnat chez les grandes, histoire de prendre de l'expérience pour la suite, qui s'annonce prometteuse. 

Chez les garçons, Thomas Carmoy (21 ans) et ses 2m28 (franchis à Luxembourg) devrait, dès ce jeudi (à voir sur Auvio à partir de 19h00), se hisser en finale. Le podium, vu la concurrence, semble impossible mais le Carolo est là pour emmagasiner de l'expérience. La qualification olympique (2m33) semble encore loin mais le ranking olympique pourrait sourire à Thomas (il est actuellement 40e au ranking et sont repris aux JO les 32 premiers).

Saut à la perche : C'est l'histoire d'une fille qui y croira jusqu'au bout. Fanny Smets disputera sa dernière compétition en salle à Torun. Sans grand soutien, la recordwoman de Belgique (4m53) vient y recueillir les fruits de ses efforts. A 34 ans le rêve d'une vie sera réalité si elle voit Tokyo. La barre de qualification olympique (4m70) semble loin pour Fanny mais elle occupe pour l'instant la 32e et ultime place qualificative au ranking olympique. Un bon résultat à Torun lui fera gagner confiance et points précieux.

Thiam et les "Tornados"

La fratrie Borlée
La fratrie Borlée © belga - Jasper Jacobs

Reste évidemment le meilleur pour la fin... ce vendredi Nafi Thiam tentera de conquérir un 2e titre européen en salle (après Belgrade en 2017). La namuroise disputera sa première grande compétition officielle depuis sa défaite dans l'heptathlon du championnat du monde de Doha (fin 2019). Notre championne olympique prépare Tokyo mais ne se déplace pas à Torun pour faire du tourisme. Si elle ne se blesse pas, un podium est de l'ordre de la certitude (12 concurrentes dont 4 filles de moins de 21 ans). La médaille d'or est de l'ordre du plus que probable... Ses rivales les plus sérieuses : l'Autrichienne Dadic, la Hongroise Krizsan, la Neerlandais Broersen... et Noor Vidts. Notre jeune compatriote vient de réaliser la meilleure performance mondiale de l'année en pentathlon. L'athlète de Vilvorde est donc en confiance et en forme. Pourquoi ne pas rêver d'un podium avec deux Belges ?

Le relais 4x400 mètres (dimanche 18h57): Orphelins des "Cheetahs", les Tornados sont à Torun pour un podium. Champions d'Europe en titre (après Prague 15, Glasgow 19), la bande à Borlée visera un 3e sacre européen en salle. Ce sera la 25e finale du relais (13 médailles). Un quatuor taillé autour des incontournables Kevin et Jonathan Borlée. Avec Dylan, le petit frère, et Alexander Doom (champion de Belgique en salle du 400) comme compagnons de tours de piste. Les adversaires sont solides, particulièrement les Polonais, recordmen du monde et courant à domicile. Méfiance aussi par rapport aux Neerlandais (avec Bonevacia meilleur européen sur 400), aux Anglais, aux Tchèques (avec Maslak) et aux Italiens.

© RTBF

L'Euro indoor de Torun est à suivre en direct (Vincent Langendries et Frédéric Xhonneux au commentaire):

  • jeudi 4 mars sur Auvio de 19h00 à 21h00
  • vendredi 5 mars sur TIPIK (et Auvio) de 09h55 à 13h30 et de 18h55 à 21h45
  • samedi 6 mars sur TIPIK (et Auvio) de 09h55 à 14h00 et de 18h55 à 21h00
  • dimanche 7 mars sur TIPIK (et Auvio) de 09h55 à 13h40 et de 16h55 à 19h30

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous