Euro féminin

Euro féminin 2022 - La star islandaise Gunnarsdottir se méfie de ses ex-équipières Cayman et Wullaert

© © Tous droits réservés

Sara Björk Gunnarsdottir, 31 ans, portera le brassard de capitaine de l'Islande contre les Red Flames, dimanche en ouverture du groupe. L'expérimentée milieu de terrain en est à son quatrième championnat d'Europe de football féminin alors que sa présence en Angleterre était tout sauf certaine puisqu'elle a donné naissance à son premier enfant à la fin de l'année dernière.

Après une pause de quatre mois, Gunnarsdottir est retournée en mars dans son club, à Lyon. Depuis lors, elle n'a pas beaucoup joué pour le vainqueur de la Ligue des champions, mais elle a de nouveau disputé 90 minutes lors du match de préparation contre la Pologne, le 29 juin.

"Cela m'a fait du bien de rejouer un match complet. Après 75 minutes, j'ai eu un peu de mal, mais j'ai un bon ressenti. J'ai bien progressé", a assuré l'Islandaise la veille du match au Manchester City Academy Stadium. 

Malgré ce manque de rythme, l'Islande compte sur Gunnarsdottir (138 sélections, 22 buts) pour éviter que son équipe soit éliminée après trois défaites en poule comme en 2017. "Nous sommes plus fortes qu'à l'époque. Le noyau est plus équilibré avec des joueuses expérimentées et des jeunes filles enthousiastes. Nous nous sentons très bien et nous avons gardé notre calme jusqu'à présent."

Cet été, la star islandaise quittera Lyon, où elle a été la coéquipière de Janice Cayman pendant deux ans, pour la Juventus. Avant cela, elle avait joué de 2016 à 2018 avec Tessa Wullaert à Wolfsburg.

"Tessa est très forte tactiquement. Elle est également très rapide et a le sens du but. Elle peut frapper des deux pieds. Nous nous méfierons certainement d'elle. Janice a un jeu très régulier. Elle fait toujours ce qu'on attend d'elle et est très fiable. Avec Tessa, je la compte parmi les Belges les plus dangereuses", a débriefé Gunnarsdottir.

 

Articles recommandés pour vous