RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Expo "Fluctuations" à Liège : l’architecture peut-elle réconcilier le fleuve et ses habitants ?

Expo "Fluctuations" à Liège : l’architecture peut-elle réconcilier le fleuve et ses habitants ?

Après la catastrophe de juillet, l’architecture peut-elle réconcilier le fleuve et les habitants ? A Liège, une exposition pose la question. Intitulée "Fluctuations", elle est organisée par l’Institut Culturel d’Architecture.

Comment vivent les sinistrés après les inondations ? Comment Liège s’est-elle développée avec la Meuse ? Quelles sont les solutions proposées par les urbanistes pour mieux cohabiter avec l’eau ? En Féronstrée, l’exposition "Fluctuations "propose d’aborder ces 3 thèmes à travers des photos, maquettes, cartes, textes et vidéos. Visite guidée.

Des voiles translucides avec le portrait imprimé de sinistrés

Le portrait imprimé de Collette, violemment impactée par les inondations de juillet.
Le portrait imprimé de Collette, violemment impactée par les inondations de juillet. Goldo X Imagine

Au centre de l’exposition, d’énormes voiles translucides affichent le portrait imprimé de douze sinistrés de Chênée réalisés par le photographe Goldo et le journaliste Hugues Dorzée : "Là par exemple, on a Collette, qui est chez elle, qui a été violemment impactée, qui est au milieu d’une maison encore en chantier complet : les murs sont à nu, il y a des plaques de Gyproc. Et Collette a décidé de rester là parce qu’elle est attachée à sa maison. Comme beaucoup d’entre eux, il y a vraiment un attachement fort à leur habitation".

"Le dispositif mis en place par la commissaire de l’exposition est vraiment très beau" poursuit le journaliste. "Nous, ça nous touche, parce que c’est une manière de valoriser de façon très symbolique, au cœur de l’exposition, et en même temps, de donner un visage à des gens qui sont parfois dans l’ombre et qui, tout à coup, existent, mais de façon très légère, avec ces matériaux un peu flottants, ces tulles transparents qui, je trouve, rendent hommage. Et c’est pour ça qu’on a appelé avec Goldo le thème de notre projet "debout et digne".

Des photos d’archives

Une quarantaine de photos d’archives retracent 200 ans d’histoire entre Liège et son fleuve.
Une quarantaine de photos d’archives retracent 200 ans d’histoire entre Liège et son fleuve. GAR-Archives d’architecture, ULiège

Le long d’un mur, sur 8 mètres de long, une quarantaine de photos d’archives retracent 200 ans d’histoire entre Liège et son fleuve. "L’idée, c’était de confronter d’une part l’histoire du réseau hydrographique liégeois qui est très présent ici à Liège, avec des images qui illustrent ce réseau hydrographique" explique Sébastien Charlier, historien de l’architecture au GAR. "Ici, par exemple, on a une représentation du bras de la Sauvenière. Peu de gens se rappellent que le boulevard de la Sauvenière qu’on connaît tous était en fait autrefois un bras de Meuse. En 1925-1926, c’est la grande inondation du 20e siècle à Liège. Il y a énormément d’illustrations qui montrent comment l’eau a débordé de son cours pour aller jusqu’à toucher des endroits bien connus de Liège. Ici, on voit l’Opéra Royal de Wallonie, mais c’est aussi l’Université de Liège : tout le centre-ville est inondé."

On peut trouver des solutions pour vivre avec le risque d’inondations

Audrey Contesse, directrice de l’Institut Culturel d’architecture, montre la maquette où on transforme un habitat typiquement urbain de Liège en un habitat qui vit avec l’eau.
Audrey Contesse, directrice de l’Institut Culturel d’architecture, montre la maquette où on transforme un habitat typiquement urbain de Liège en un habitat qui vit avec l’eau. RTBF – Erik Dagonnier

Enfin, l’expo présente 5 projets d’architectes-urbanistes en rapport avec l’eau. Parmi eux, celui d’Audrey Contesse, directrice de l’Institut Culturel d’architecture : "On voit bien cette maquette où on transforme un habitat typiquement urbain de Liège en un habitat qui vit avec l’eau. En dessous, on voit que l’eau peut monter et que les habitants jouent avec l’eau. Le but de cette exposition, fondamentalement, c’est de montrer qu’il est possible de bien vivre avec le risque des inondations. On montre des exemples internationaux, on montre qu’à l’échelle du territoire jusqu’à l’échelle de l’habitat, on peut trouver des solutions pour vivre avec ce risque-là".

Notez que d’autres activités sont prévues (expos, rencontres, balades) dans le cadre de "Fluctuations". Retrouvez le programme complet sur le site de l’exposition.

Sur le même sujet

Près de 3 millions pour reconstruire le pont Louheau à Pepinster

Regions Liège

Articles recommandés pour vous