Vivre Ici

Exposition : Queering Brussels ou comment concevoir une architecture plus inclusive pour les minorités LGBTQIA +

Associer architecture et droits des personnes LGBTQIA + *, c’est l’ambition de l’exposition Queering Brussels proposée aux Halles Saint-Géry cet automne. " Dans cette exposition, nous questionnons la norme - architecturale ou liée à une orientation sexuelle ou une identité de genre. Comment peut-on déconstruire cette norme ? Et comment le fait d’être une personne " hors-norme " nous pousse à concevoir différemment l’espace ? " explique Camille Kervella, architecte et commissaire de l’exposition.

Cette exposition part d’un constat. Dans notre capitale, l’espace public et son agencement ne permettent pas toujours de se sentir en sécurité quand on est une personne queer**. Camille Kervella nous donne deux exemples : la Place de la Bourse et les toilettes publiques.

Si vous vous baladez sur le Boulevard Anspach pour rejoindre la place de la Bourse, vous pouvez constater que cet endroit reste majoritairement masculin et hétérosexuel. Sur les marches de la Bourse, avant les travaux, les hommes seuls ou en groupe s’y sentent plus légitimes de se poser alors que les femmes et les minorités LGBTQIA + préfèrent traverser la place et ne pas s’y attarder. "La place de la Bourse ne favorise pas le vivre-ensemble et la sérénité. Cela peut s’expliquer aussi par l’environnement et son organisation. Tout ce qu’on trouve (ou non) aux alentours : les terrasses, les types de commerces, les lieux culturels. "

De même, non seulement les toilettes ne sont pas assez nombreuses en ville, mais elles se révèlent aussi peu inclusives en ne proposant par exemple que des urinoirs ou que des toilettes genrées. " Cela peut représenter une forme de violence pour les personnes dont l’identité de genre ne correspond pas à la norme. Or, on parle ici de répondre à un besoin humain. Avec un prisme queer, on peut donc s’interroger : pourquoi ne pas proposer davantage de toilettes non genrées, même si ce n’est pas forcément adapté dans toutes les situations ? "

>> A voir : l’émission hors-cadre de BX1 nous présente l’association l’Architecture qui dégenre, en charge de l’exposition

A Bruxelles, on trouve aussi un quartier LGBTQIA +, majoritairement pour les hommes gays avec des bars concentrés autour de la rue Marché au Charbon. Pour Camille Kervella, ces espaces doivent être préservés. " Ces lieux garantissent un refuge, une sécurité pour les personnes LGBTQIA +, mais il faut aussi " hacker " d’autres espaces : occuper des lieux qui ne sont pas propres à la communauté LGBTQIA +, voire moins accueillants pour susciter des réflexions et mieux favoriser le vivre-ensemble. "

Concevoir autrement l’espace public

Pour Camille Kervella, ces exemples montrent que nous devons questionner notre architecture urbaine et notre espace public. Comment peut-on les rendre plus accessibles et plus sûrs pour que les personnes LGBTQIA + puissent se les approprier ? C’est là qu’interviennent des associations et des experts, dont des architectes et des urbanistes. " L’architecture est un outil pour concrétiser les besoins et les désirs existant dans la société, y compris chez des minorités LGBTQIA + ", explique Camille Kervella.

L’exposition Queering Brussels ne nous donne pas de réponses toutes faites, mais se présente plutôt comme un point de départ pour concevoir autrement notre espace public. Les artistes et les architectes – des jeunes diplômé·e·s – soulèvent des problématiques, nous proposent des alternatives, modifient des lieux déjà présents pour les rendre plus inclusifs aux minorités LGBTQIA +. Bref, il s’agit de mettre en avant un autre futur possible pour la ville de Bruxelles sous les prismes queer.

Le projet est porté par l’association " L’architecture qui dégenre ", à la base des journées du Matrimoine. Cette exposition est à découvrir gratuitement jusqu’au 21 novembre aux Halles Saint-Géry dans le centre de Bruxelles. Le vernissage de l’exposition se tient ce jeudi 22 septembre 2022. Des visites guidées sont également organisées ce week-end dans le cadre des journées du Matrimoine, ainsi que des conférences sur la thématique du genre et de l’architecture en octobre et en novembre.

* LGBTQIA + pour Lesbienne, Gay, Bisexuel, Trans, Queer, Intersexe, Asexuel et + pour ceux et celles qui ne se reconnaissent pas dans les orientations sexuelles et les identités de genre citées précédemment.

** Une personne queer ne se reconnait pas dans la norme hétérosexuelle et cherche à redéfinir les questions de genre – indépendamment de son orientation sexuelle.

Sur le même sujet

Brussels Biennale Neoclassic : le néoclassicisme à l’honneur dans les rues de la capitale

Patrimoine

Mariage homosexuel, gestation pour autrui : les Cubains votent par référendum

Monde Amérique centrale

Articles recommandés pour vous