Moteurs Formule 1

F1 Japon : une grue sur la piste qui a coûté la vie à Bianchi, la décision scandaleuse de la FIA vivement critiquée par le paddock

Pierre Gasly est passé tout près du drame à Suzuka.

© Tous droits réservés

09 oct. 2022 à 07:17Temps de lecture2 min
Par Jérôme Jordens

Une grue sur la piste alors que les pilotes sont encore en train de rouler. La FIA n’a donc pas appris de ses erreurs. Suzuka 2014, Jules Bianchi perd le contrôle de sa monoplace et va heurter une grue occupée à déplacer la monoplace d’Adrian Sutil, sorti de piste un peu plus tôt. Un accident qui va coûter la vie au pilote français.

9 octobre 2022, Suzuka, Carlos Sainz heurte le mur et est contraint à l’abandon. Voiture de sécurité et puis drapeau rouge. Problème, les pilotes ne sont pas encore rentrés au stand et une grue est déjà envoyée sur la piste pour évacuer la monoplace de l’Espagnol. Une décision incompréhensible, d’autant plus qu’elle est prise sur le tracé qui a fait perdre la vie à Bianchi quelques années auparavant.

Pierre Gasly, qui est passé juste à côté de cette grue, est apparu très énervé dans la voie des stands : "C’est quoi ce tracteur sur la piste ??? J’aurais pu me tuer !"

Les pilotes ont été nombreux à afficher leur mécontentement sur leurs réseaux sociaux.

Lando Norris a été le premier à réagir, passablement énervé : "Wtf. Comment cela est-il possible ! ? Nous avons perdu une vie dans cette situation il y a quelques années. Nous risquons nos vis, encore plus dans des conditions comme ça. Nous voulons courir. Mais ça… Inacceptable".

Sergio Perez n’a également pas mâché ses mots : "Comment pouvons-nous rendre clair le fait que nous ne voulons jamais voir une grue sur la piste ? Nous avons perdu Jules à cause de cette erreur. Ce qui est arrivé aujourd’hui est totalement inacceptable !!!!! J’espère que c’est la dernière fois que je vois une grue sur la piste !".

Carlos Sainz expliquait, lui, à quel point la situation est dangereuse, surtout lorsque la visibilité est presque nulle sous la pluie : "Derrière la safety car nous allons à 150 km/h, et nous ne pouvons cependant pas tout voir. Si un pilote a un petit aquaplanage, ou sort de la ligne de pilotage, et heurte un tracteur, c'est fini".

"Aucun respect pour la vie des pilotes, aucun respect pour la mémoire de Jules, incroyable", a pour sa part écrit Philippe Bianchi, le père de Jules Bianchi.

Fred Vasseur, dirigeant de l’écurie Alfa Romeo a, lui, réagi au micro de Canal + : "Il y a déjà eu un drame ici. Ce qu’ils ont fait là, ce n’est pas inacceptable, c’est pire que ça. Même si c’est drapeau rouge, ce n’est pas acceptable".

Pour Christian Horner, dirigeant de Red Bull était tout aussi remonté : "Totalement inacceptable. Nous avons perdu Jules Bianchi ici, il y a 5-6 ans et cela ne devrait jamais arriver. Il doit donc y avoir une enquête complète pour savoir pourquoi il y avait un véhicule de dépannage sur la piste".

Loading...
Loading...
Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous