Moteurs Formule 1

F1 Singapour : Perez remporte une course marquée par de nombreux abandons, Verstappen devra encore attendre pour être sacré

GP Singapour 2022 : Victoire de Sergio Perez

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

02 oct. 2022 à 03:46 - mise à jour 02 oct. 2022 à 12:17Temps de lecture2 min
Par Jérôme Jordens

Sergio Perez a remporté le GP de Singapour qu’il a mené de bout en bout après avoir passé Leclerc dès le premier virage. Le Mexicain s’est imposé devant Leclerc et Sainz alors que Verstappen n’a pas réussi à faire mieux qu’une 8e position dans un GP marqué par les abandons et les voitures de sécurité.

Retardé d’une heure suite au déluge qui s’est abattu sur la piste, le GP de Singapour s’élance débute finalement avec 20 pilotes en pneus intermédiaires.

Sergio Perez prend un meilleur envol que Charles Leclerc et prend la tête de la course dès le premier virage.

Mauvais départ de Verstappen, parti 8e, qui dégringole en 12e position. Mais le Néerlandais se reprend immédiatement et repasse 10e au deuxième tour.

Comme lors de chaque GP de Singapour, la voiture de sécurité fait son apparition. Après seulement 8 tours, Zhou est poussé dans le mur par Latifi. Suspension cassée pour le Chinois qui est contraint à l’abandon et entraîne une sortie de la voiture de sécurité.

Verstappen continue de pousser et pointe au 7e rang après 15 tours. Leclerc reste, lui, à un peu plus d’une seconde de Perez dans un duel pour la victoire.

Au 22e tour, Alonso doit abandonner alors que Verstappen revenait dans ses échappements. Russell, parti de la voie des stands, tente de passer en pneus slicks et passe les mediums mais c’est sans doute trop tôt, l’Anglais se plaint directement d’un manque de grip.

Quelques tours plus tard, Albon se loupe au freinage et sa Williams heurte le rail. L’aileron est cassé mais l’ancien pilote Red Bull repart, pour abandonner un peu plus tard.

Au 28e tour, Alpine perd sa deuxième voiture avec l’abandon d’Esteban Ocon. La voiture de sécurité virtuelle fait à nouveau son apparition le temps d’évacuer la monoplace du Français.

Au 33e tour, c’est Hamilton qui part à la faute. Le Britannique tape le mur mais peut repartir et se relance juste devant Verstappen qui était à la poursuite de Norris. Dans le même temps, Russell commence à hausser le rythme, les pneus medium semblant commencer à devenir efficaces.

Leclerc tente alors de passer les pneus medium au 35e tour mais l’arrêt est manqué et dure 5.3 secondes. Hamilton rentre aussi pour remplacer son aileron avant, abîmé par sa touchette avec le mur et chausse également les mediums. Tout le monde finit par passer les pneus slicks.

Décidément, la piste est piégeuse et c’est au tour de Tsunoda de goûter au mur. La voiture de sécurité est à nouveau appelée sur la piste.

La limite des deux heures va être dépassée et on ne disputera donc pas les 61 tours initialement prévus. Un compte à rebours est lancé pour remplacer le nombre de tours par la durée limite de deux heures. Au redépart après la voiture de sécurité, Verstappen, qui était 5e, tente d’attaquer Norris mais loupe complètement son freinage et tire tout droit. Il repart 8e, juste devant Hamilton. Il a cependant trop abîmé ses pneus et repart dernier. Russell est lui victime d’une crevaison.

Charles Leclerc est, lui, survolté et revient à quelques dixièmes de Perez alors qu’il reste 30 minutes de course. Le Monégasque enchaîne les meilleurs tours en course et met la pression sur le Mexicain. A un peu moins de 20 minutes, Leclerc commet une petite erreur et se retrouve à plus d’une seconde de Perez.

Devant, Perez ne tremble pas et conserve la tête pour remporter le 4e GP de sa carrière devant les Ferrari de Leclerc et Sainz et les McLaren de Norris et Ricciardo. Verstappen, qui termine 7e, devra donc encore attendre pour être officiellement sacré champion du monde.

Sur le même sujet

La FIA communiquera lundi sur le respect du plafond budgétaire

Moteurs Formule 1

Articles recommandés pour vous