QR

Fabian Hermans : « Imposer un double test aux boîtes de nuit revient à imposer leur fermeture »

Fabian Hermans : "Imposer un double test aux boîtes de nuit revient à imposer leur fermeture"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

18 nov. 2021 à 01:10Temps de lecture1 min
Par Maud Wilquin

Le comité de concertation s’est réuni pour la 22ème fois depuis le début de la crise sanitaire ce mercredi 17 novembre. Le gouvernement décidait entre autres cet après-midi de réintroduire le port du masque aux clients d’établissements Horeca lors de leurs déplacements. Une mesure que le président de la Fédération Horeca Bruxelles, Fabian Hermans, comprend parfaitement : "Nous sommes soulagés puisque le gouvernement a tenu ses promesses de le maintenir ouvert. Nous gardons toutes les mesures obtenues à la réouverture", a-t-il indiqué sur le plateau de "QR le débat".

Le sourire du président retombe en revanche à l’évocation des nouvelles mesures qui seront appliquées dès le 20 novembre dans les discothèques et dancings. Si ces milieux ne sont pas dans l’obligation de fermer leurs portes, ils devront en revanche leur demander de présenter un CST et d’effectuer un autotest sur place s'ils ne souhaitent pas imposer le port du masque. "Nous sommes surpris de ces mesures", témoigne Fabian Hermans. "C’est un secteur qui a investi beaucoup dans le CST, c’est un très bon élève. Leur imposer un double test à l’entrée, cela revient à leur imposer une fermeture. Et qui voudrait danser avec un masque ? Nous sommes inquiets."

 

Pierre-Frédéric Nyst, président de l’UCM, a lui aussi réagi au Codeco de ce mercredi et aux informations diffusées ces derniers jours au sujet de l’obligation vaccinale pour le personnel soignant : "Aujourd’hui, nous manquons de personnel médical salarié indépendant et nous pouvons envisager une sanction qui peut se traduire par un licenciement", a-t-il exposé. "Si on prend un peu de recul, ça pose un problème. En même temps, nous sommes demandeurs qu’il y ait un débat sur la vaccination et pas uniquement dans le secteur médical. On doit envisager toutes les conséquences en tant que fédération qui représente des employeurs."

Sur le même sujet

Vaccination obligatoire pour tous : un débat au Parlement avant la fin de l’année

Coronavirus

Comité de concertation : plusieurs discothèques envisagent de contester les mesures

Articles recommandés pour vous