RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Face à la flambée des prix , la future clinique Saint-Pierre de Wavre revoit sa copie

09 mai 2022 à 12:36Temps de lecture2 min
Par Véronique Fouya

La future clinique Saint-Pierre à Wavre ne correspondra pas trait pour trait au projet imaginé en première intention par le bureau d'architectes Assar. La flambée des prix que l'on connaît actuellement dans le secteur de la construction entraînerait un surcoût d'au moins 25%. Quand on sait que le projet initial est estimé à 425 millions d'euros , on conçoit bien que cette augmentation est difficilement soutenable. Il va donc falloir redessiner les plans en intégrant cette dimension comptable imprévue.  

Encore plus compact

Plutôt qu'un hôpital linéaire, comme le CHU de Liège, le choix pour la nouvelle clinique s'était déjà porté sur une structure de type "compact" comme pour le Delta à Bruxelles. C'est cette dimension-là qui sera sensiblement renforcée pour compenser l'augmentation des prix des matériaux et celui de l'énergie. Jean Massa est l'architecte qui dirige ce projet pour le bureau Assar " Nous avons d'abord été confrontés à une pénurie de matériaux pendant la crise du Covid avec un effet terrible sur les prix qui ont pris environ 15%; cet impact-là , nous pouvions encore plus ou moins le mesurer. Après cela, avec la guerre en Ukraine, nous avons assisté à une explosion des prix de l'énergie; le résultat, c'est que nous n'avons plus la maîtrise des prix : à peine une entreprise adjudicataire reçoit-elle sa commande que la semaine suivante , elle communique déjà un supplément sur les prix qu'on vient de lui commander. C'est une situation extrêmement difficile à gérer. Donc par prudence , la direction de la Clinique Saint-Pierre d'Ottignies  a décidé de rationnaliser encore davantage  le projet".

 

un peu de poésie en moins, davantage de rationalité

La nouvelle mouture , poursuit Jean Massa, sera un peu moins poétique que la précédente. Oubliés les débordements de superficie sur les côtés ou les surfaces sur pilotis . La future structure sera plus simple et similaire à celle d'un arbre élagué : un socle médico-technique au-dessus duquel viendront se poser l'accueil ainsi que les différentes unités d'hospitalisation. Les architectes n'excluent pas non plus de recourir à des surfaces préfabriquées et les locaux devront être mutualisés au maximum. Le plan médical lui, ne change pas. En définitive, la future clinique sera amputée de 10000m2 sur les 80.000m2 prévus au départ.

Ces modifications n'auront pas d'incidence sur les certifications du nouveau bâtiment , que ce soit en termes de performance environnementale ou de bien-être des utilisateurs.

Cette nouvelle proposition du bureau d'architectes sera présentée au conseil d'administration de la clinique d'ici 15 jours. Rappelons que si celle-ci a obtenu d’importants subsides, elle devra quand même financer quelques 200 millions sur fonds propres.

Articles recommandés pour vous