Le 8/9

Face à la hausse des températures, les jardiniers doivent adapter leurs plans de culture

Sécheresse changeons de graine

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

17 août 2020 à 08:03 - mise à jour 17 août 2020 à 08:03Temps de lecture1 min
Par Olivier Hartiel

Pour la troisième année consécutive, la Belgique connaît une sécheresse structurelle synonyme de déficit grave en eau. Une sécheresse aggravée par des vagues de chaleur accentuant davantage les effets sur la végétation selon le quotidien la Libre BelgiqueC'est un des sujets de la revue de presse que Cyril a développé ce matin dans le 8/9.

Les effets de la sécheresse

Face à la hausse des températures, les jardiniers doivent adapter leurs plans de culture

D'après La Libre Belgique, certaines plantes à l’enracinement superficiel ne sont pas capables d’aller chercher l’eau en profondeur. A contrario, les plantes dont les racines sont profondes résistent mieux à la sécheresse, explique Cyril. “Ce qui est inquiétant, c’est la rapidité avec laquelle les effets extrêmement brutaux du réchauffement climatique se font sentir”, commente Luc Noël, concepteur et présentateur de l’émission Jardins et loisirs.

Des variétés adaptées

Face à la hausse des températures, les jardiniers doivent adapter leurs plans de culture

Quoi qu’il en soit, la gamme des variétés que l’on peut cultiver en Belgique s’est étendue et englobe désormais des fruits et légumes méditerranéens. “Il y a quelques années, planter un figuier ou un pêcher aurait été une aventure. Aujourd’hui, c’est commun ! Et pourquoi ne pas essayer les lentilles et les pois chiches ?” illustre Luc Noël. Trouver des plantes qui résistent à la sécheresse et à l’humidité doit faire l’objet de recherches”  poursuit-il. Il en appelle à la conscience citoyenne : “On ne peut plus planter sans se renseigner.” 

Les variétés nordiques sont toujours cultivables mais souffrent : à l’exception, à nouveau, de celles qui ont des racines profondes comme la carotte et le panais. La Libre Belgique souligne par ailleurs que les périodes de récolte sont fortement perturbées par un soleil de plomb. Quoi qu’il en soit, la gamme des variétés que l’on peut cultiver en Belgique s’est étendue et englobe désormais des fruits et légumes méditerranéens. 

Aujourd’hui, planter un figuier ou un pêcher c’est commun !

Face à la hausse des températures, les jardiniers doivent adapter leurs plans de culture

L'article complet est à découvrir dans la Libre Belgique de ce lundi matin.

La revue de presse, c’est tous les jours de la semaine à 8h30 dans le 8/9 en radio et en télé sur la Une.

Articles recommandés pour vous