Guerre en Ukraine

Face au soutien armé des occidentaux, les objectifs de l’armée russe vont dépasser les limites du Donbass

© Getty - AFP - RTBF

21 juil. 2022 à 13:41 - mise à jour 21 juil. 2022 à 13:55Temps de lecture3 min
Par Pascal Bustamante

Lors d’une interview accordée à la chaîne de télévision contrôlée par le gouvernement, Russia Today, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a indiqué que les objectifs de l’armée russe en Ukraine vont évoluer. Outre les républiques autoproclamées du Donbass, les troupes de Vladimir Poutine vont définir des objectifs supplémentaires. Après une tentative manquée de se saisir de la capitale Kiev, l’armée russe avait concentré ses efforts sur les oblasts de Lougansk et Donietsk. Le ministre russe des affaires étrangères semble dessiner de nouveaux objectifs.

Une nouvelle géographie

C’est la justification qu’avance Sergeï Lavrov pour une extension des objectifs militaires russes en Ukraine :

"Maintenant, la géographie est différente. Ce n’est pas seulement la RPL (République populaire de Lougansk – ndlr) et la RPD (République populaire de Donietsk – ndlr). C’est aussi la région de Kherson et la région de Zaporozhia et un certain nombre d’autres territoires. Ce processus se poursuit, et continue de manière cohérente et persistante."

La Russie présente cette évolution comme une riposte à l’aide militaire occidentale apportée à l’armée ukrainienne. En particulier les systèmes lance-missiles américains HIMARS. Le ministre russe poursuit :

"Alors que l’Occident, dans une telle rage impuissante ou dans un désir d’aggraver la situation autant que possible, inonde l’Ukraine de plus en plus d’armes à longue portée, ils ont déjà ces HIMARS. Oleksii Reznikov (ministre ukrainien de la défense – ndlr) se vante d’avoir déjà reçu des munitions d’une portée de 300 km. Eh bien, cela signifie que les objectifs géographiques s’éloigneront encore plus de la ligne actuelle".

La portée augmentée de l’artillerie ukrainienne rend ainsi des objectifs en zones contrôlées par la Russie atteignables. Ce qui pourrait inciter la Russie à augmenter sa zone tampon entre l’armée ukrainienne et le territoire russe.

Le Donbass n’est pas perdu

Côté américain, on met en doute les proclamations de succès de l’opération russe sur le Donbass. Selon l’état-major américain, l’armée ukrainienne n’a certainement pas dit son dernier mot. Le général Mark Milley, chef de l’état-major des armées des Etats-Unis l’a souligné lors d’une conférence de presse.

"Non, ce n’est pas encore perdu. Les Ukrainiens font payer aux Russes chaque centimètre de territoire qu’ils gagnent et les progrès se mesurent littéralement en centaines de mètres. Certains jours, vous pourriez obtenir un kilomètre ou deux des Russes, mais pas beaucoup plus que cela. Une bataille d’usure, coûteuse, écrasante, pas encore perdue dans le Donbass et les Ukrainiens ont l’intention de continuer le combat ".

Le US M142 HIMARS présenté lors du Dubai airshow le 15 novembre 2021.
Le US M142 HIMARS présenté lors du Dubai airshow le 15 novembre 2021. Giuseppe Cacace – AFP

Un combat que les Occidentaux soutiennent par la livraison de systèmes de lance-missiles HIMARS. Le High Mobility Artillery Rocket System, un système de lance-roquettes multiples en service dans l’armée US depuis 2005. Les premiers objectifs ont été désignés par l’armée ukrainienne. C’est ce que le général Mark Milley, chef de l’état-major des armées des Etats-Unis, a indiqué :

"Aujourd’hui, les Ukrainiens utilisent efficacement ces HIMARS avec des frappes contre les nœuds de commandement et de contrôle russes, leurs réseaux logistiques, leur artillerie de campagne à proximité des sites de défense et de nombreuses autres cibles. Ces frappes dégradent constamment la capacité des Russes à ravitailler leurs troupes, à commander et à contrôler leurs forces et à mener leur guerre d’agression illégale."

Une confirmation pour le département d’État américain

La modification des objectifs militaires russes décrite par les Russes comme une riposte à l’augmentation de la puissance de tir de l’armée ukrainienne est interprétée différemment par la diplomatie américaine. Elle y voit la réalisation d’un plan de conquête territoriale déjà présent, sans qu’il soit explicite depuis le début de la guerre. C’est ce qu’indique Ned Price, le porte-parole du département d’État américain. Il réagit aux dernières déclarations de Sergueï Lavrov :

"Ces commentaires ne font que démontrer davantage que la Russie se dirige vers l’annexion contre laquelle nous avons mis en garde, et ils nous rappellent le but et l’objectif ultimes de la guerre illégale et injustifiée de la Russie contre l’Ukraine. Malgré ce que nous avons entendu dans la course qui a mené à cette guerre, cette guerre n’est rien d’autre qu’une guerre de conquête territoriale, c’est ce dont nous avions averti avant le 24 février."

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : la Russie étend sa menace à d'autres territoires que l'est

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : Kiev demande à l'Occident davantage de systèmes d'artillerie de précision

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous