Regions

Face aux dépôts sauvages, les villes et communes serrent la vis

L’intercommunal Tibi ramasse chaque année 500 tonnes de déchets

© Martin Caulier

30 août 2022 à 11:01Temps de lecture1 min
Par Valentin Lecocq, avec Martin Caulier

Vous avez peut-être eu le malheur d’en croiser sur le bord de la route ou même dans votre quartier. Les dépôts sauvages sont un véritable fléau. C’est un gros problème pour de nombreuses villes et communes.

Dans la région de Charleroi, par exemple, ce sont 500 tonnes de déchets qui sont récoltés par an par l’intercommunale de gestion des déchets Tibi. Parmi eux, de nombreux dépôts clandestins. "La propreté publique repose sur trois piliers. Il y a évidemment la prévention, c’est-à-dire expliquer à la population la nécessité de respecter l’environnement. Il y a le nettoyage. Et malheureusement, il y a aussi la répression", explique Philippe Teller, directeur général de Tibi.

Des caméras mobiles pour repérer les délinquants

Face à ce constat, les villes et communes serrent la vis. Pour sanctionner les citoyens qui ne respecteraient pas les règles de propreté publique, la Ville de Charleroi a décidé de s’équiper de caméras mobiles placées aux lieux les plus problématiques. 450.000 euros ont été déloqués. "Si les caméras sont fixes, cela ne ferait que déplacer le problème. On veut donc faire passer le message qu’à tout moment, il est possible d’être filmé", explique Mahmut Dogru, échevin de la propreté publique à Charleroi.

Du côté de Mons, les autorités se sont aussi équipées de deux caméras mobiles. Elles ont aussi renforcé les contrôles. 13.000 sacs ont été contrôlés lors des trois derniers mois. 350 amendes ont été dressées. "Cela peut aller de la centaine d’euros à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Il faut aussi savoir qu’à Mons, en plus de l’amende, on fait aussi payer le ramassage, c’est-à-dire payer le travail des ouvriers qui ont dû aller nettoyer les crasses que les malotrus ont laissées", explique l’échevine de la propreté à Mons, Charlotte De Jaer.

Pour éviter d’en arriver là, la Ville de Mons mise par ailleurs sur la prévention. Elle tente aussi d’identifier les endroits les plus problématiques. "Dans certains endroits, on a toutes les semaines un gros dépôt. Face à cela, on regarde dans quelle mesure on peut fermer tout simplement ces endroits à la circulation. C’est ce que l’on va faire très prochainement à Nimy", précise-t-elle.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous