RTBFPasser au contenu
Rechercher

Facebook menace d'empêcher les Australiens de partager des articles de presse sur ses plateformes

Facebook menace d'empêcher les Australiens de partager des articles de presse sur ses plateformes
01 sept. 2020 à 05:53Temps de lecture1 min
Par Belga

Facebook a menacé d'empêcher les Australiens de partager des articles de presse sur ses plateformes si le gouvernement poursuit son projet d'exiger une compensation des géants technologiques à la faveur des médias commerciaux australiens pour l'usage de leur contenu.

"En tablant sur le fait que le projet législatif devienne loi, nous allons avec regret cesser d'autoriser les annonceurs et les utilisateurs en Australie de partager des nouvelles locales et internationales sur Facebook et Instagram", a mis en garde Will Easton, le directeur exécutif de Facebook en Australie et en Nouvelle-Zélande mardi.

Le projet de loi, qui devrait entrer en vigueur à la fin de l'année, doit établir des procédures de négociation et des sanctions pour forcer les plateformes digitales comme Google et Facebook à dégager un accord avec les entreprises de médias pour l'usage de leurs articles d'information.

Les médias demandent à être rémunérés par les géants technologiques

Les plus grandes sociétés du pays ont exigé des paiements annuels entre 600 millions de dollars australiens (372 millions d'euros) et 1 milliard de dollars australiens (620 millions d'euros) de la part de ces géants technologiques.

Le gouvernement affirme que la législation envisagée à pour objectif de créer une concurrence équitable lors des négociations pour dégager ces accords.

Mais pour M. Easton, le projet de loi ne comprend pas "la dynamique de l'Internet et va justement endommager les organismes de presse que le gouvernement cherche à protéger".

"Ce n'est pas notre premier choix - c'est notre dernier. Mais c'est la seule façon de protéger contre un résultat qui défie toute logique et va causer du tort, et non pas aider, à la vitalité à long terme du secteur de l'information et des médias en Australie", a-t-il assuré.

Le mois passé, Google avait mis en garde que la législation pourrait empêcher les Australiens d'accéder à des services gratuits et compromettre leurs données personnelles.

Articles recommandés pour vous