RTBFPasser au contenu

La Grande Forme

Facture d'hôpital : comment éviter de mauvaises surprises ?

Facture d'hôpital : comment éviter de mauvaises surprises ?

Lors d’une hospitalisation, plusieurs choses peuvent influencer le montant de votre facture. Si vous y faites attention, vous pourrez éviter une mauvaise surprise. Le point avec Julie Frère, porte-parole de Test Achats.

La première distinction à faire est la différence entre médecin conventionné et non-conventionné. Les médecins conventionnés respectent les tarifs officiels fixés par l'INAMI ; vous payez le ticket modérateur et le reste vous est remboursé par votre mutuelle. Alors que les médecins non-conventionnés fixent eux-mêmes leur tarif. Donc en plus du ticket modérateur, vous payez des suppléments d'honoraires différents d'un médecin à l'autre. "En théorie, il faut informer clairement et au préalable le patient de son statut de médecin conventionné ou non", souligne Julie Frère, porte-parole de Test Achats.

Avant d'ajouter que le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, veut s'attaquer aux suppléments d'honoraires dans les hôpitaux "parce qu'on voit aujourd'hui que dans certains cas, ce supplément peut être excessivement élevé - en particulier à Bruxelles - ce qui pose question. On voit aussi que des assureurs commencent à limiter leur plafond d'intervention. Donc cette réforme est attendue et souhaitée depuis très longtemps pour un plafonnement et au fur et à mesure, une suppression de ces suppléments. On a déjà avancé car ces suppléments ne peuvent plus être exigés en chambre commune, c'était déjà une première étape."

La transparence fait encore défaut

Théoriquement, pour pouvoir appliquer des suppléments, il faut avoir informé les patients du statut et du tarif et ce, au préalable. Cependant, plusieurs enquêtes ont été menées sur le sujet au sein de Test Achats : "On voyait par exemple que chez les dentistes, 70% des sondés s'estiment mal informés des frais et seuls 39% savaient si leur dentiste était conventionné ou non... Donc il y a encore beaucoup de travail !" souligne Julie Frère.

Comment éviter de mauvaises surprises sur une facture médicale ?

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un pas vers plus de transparence

Fin de l'année dernière, une loi a toutefois été adoptée ; elle est censée améliorer cette transparence étant donné que le médecin devra fournir à l'INAMI - via un formulaire spécifique - des informations sur son statut, le tarif des prestations les plus courantes, l'intervention de l'assurance ou encore le supplément d'honoraire maximum qu'il peut facturer. Le tout devra être affiché sur le site web du médecin ou en cabinet. 

Dans l'intervalle, Julie Frère rappelle qu'il faut être proactif et demander à son prestataire de soin de faire une sorte de devis, une estimation des coûts et savoir ce qui est compris ou non, ce qui est remboursé ou non, si c'est un engagement ferme ou évolutif (des imprévus sont parfois possibles), etc. afin d'éviter de mauvaises surprises.

En Flandre, par exemple, des modules sont mis à disposition sur les sites internet des hôpitaux. Ils informent d'une estimation des coûts qu'on peut avoir dans tel ou tel hôpital. Mais côté francophone, les réticences sont encore nombreuses.

Que faire en cas de facture erronée ?

Enfin, si votre facture est erronée, notre experte rappelle qu'il est conseillé de commencer par interpeler son prestataire de soin et/ou sa mutuelle. Et qu'en cas de conflit, il existe l'ombudsman, service de médiation dans les hôpitaux.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13h à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

01 avr. 2022 à 13:00
4 min
31 mars 2022 à 14:00
2 min

Articles recommandés pour vous