Belgique

Faillites de fournisseurs d'énergie: que faire ?

© Tous droits réservés

07 déc. 2021 à 15:46 - mise à jour 07 déc. 2021 à 15:56Temps de lecture1 min
Par Carl Defoy

En septembre, un fournisseur de gaz et d’électricité wallon a jeté l’éponge. Aujourd’hui, c’est au tour d'un fournisseur flamand, Vlaamse Energieleverancier.

Chez nos voisins néerlandais ou britanniques, beaucoup d’autres ont déjà fait la culbute. Alors faut-il craindre à présent des faillites en cascade chez nous aussi et que faire si cela se produit ?

Des coûts multipliés par 4

Explosion des prix sur le marché de gros, des contrats fixes qui ne permettent pas de répercuter les hausses… Si on ajoute à cela les défauts de paiement d’un nombre grandissant de clients, les trésoreries des fournisseurs d’énergie sont mises sous pression.

Pas (trop) de problème pour les majors

Les petits acteurs qui compriment leurs marges pour se faire une place sur le marché paient cash leur optimisme. Mais les acteurs importants qui couvrent leurs risques passent entre les mailles du filet. Le danger qu’un de ces fournisseurs fasse la culbute est faible. C’est la conviction de la Febeg qui représente producteurs, négociants et fournisseurs de gaz et d’électricité.

En cas de faillite

Et si la faillite de votre fournisseur était tout de même prononcée, vous ne devriez pas en subir les conséquences. Du moins, pas les plus graves : la fourniture serait toujours assurée par un autre opérateur. En revanche, si vos acomptes mensuels étaient trop importants, vous ne récupéreriez pas la différence : le client n’est pas un créancier protégé.

Par ailleurs, vous auriez intérêt à vite et bien choisir votre nouveau fournisseur : celui qui assure temporairement le service est plutôt dans la moyenne du marché, donc rarement le moins cher.

Les nouveaux contrats

Cela étant, même si les grands opérateurs belges sont plutôt à l’abri, leur stratégie change. Les fournisseurs considèrent que les contrats fixes sont décidément trop risqués pour leur propre trésorerie. Ils vont majoritairement disparaître.

Le prochain contrat que vous souscrirez sera donc très probablement à coût variable. Et lorsqu’on sait que les prix vont certainement se maintenir à un niveau élevé pendant au moins 6 mois, mieux vaudra y regarder à deux fois avant de signer.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Les faillites en hausse de 50% en mars

Economie

Articles recommandés pour vous