RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Namur

Fernelmont : Action de la FGTB à la brasserie Delsart qui refuse une délégation syndicale

La FGTB a bloqué l’entrée de la Brasserie Delsart à qui elle reproche d’avoir licencié un délégué et refusé l’installation d’une délégation.
29 juil. 2022 à 13:20Temps de lecture1 min
Par Gregory Fobe

La FGTB Horval a mené une action ce vendredi matin devant la brasserie Delsart située dans le zoning de Fernelmont. Le syndicat digère mal le refus de l’entreprise namuroise d’accepter une délégation syndicale en son sein alors qu’elle est légalement obligatoire. Pour le secrétaire permanent Didier Pironet, les conditions sont pourtant réunies : " La Brasserie Delsart compte un peu moins de 100 travailleurs et quand on est entre 20 et 149 ouvriers, il faut un tiers au moins des travailleurs syndiqué. C’est clairement le cas ici ! "

Par ailleurs, et c’est ce qui a mis le feu aux poudres, le seul délégué désigné au sein de l’entreprise a été licencié. Pour La FGTB, c’est clairement lié à son activité syndicale. L’intéressé n’aurait reçu aucune remarque écrite et n’aurait même pas sur s’expliquer suite à ce qu’on lui reprochait.

Un licenciement justifié selon la direction

José Delsart l’administrateur délégué de la brasserie estime lui que ce licenciement n’est pas lié à la casquette syndicale de l’intéressé et qu’il était justifié : " Les échos qui me revenaient étaient très négatifs. Ce travailleur n’avait pas les mêmes valeurs que notre société et il ne correspondait pas au profil que nous voulions chez nous ! "

Quant à la question de mettre en place une délégation syndicale, José Delsart estime que ce n’est pas nécessaire vu le bon dialogue au sein de l’entreprise : " La porte de mon bureau est tout le temps ouverte et tout le monde peut venir me parler de ses soucis ! D’ailleurs mes gars ne veulent pas d’une représentation syndicale. Ils ne sont pas joints à cette action qui était menée par des personnes étrangères à la société ! Qu’on nous laisse travailler ! "

La FGTB elle n’en démord pas et demande que la législation soit respectée. Une réunion avec la direction est programmée le 26 août. Si elle ne permet pas de débloquer la situation le syndicat prévient : il y aura de nouvelles actions à la rentrée.

Articles recommandés pour vous