Europa League - Football

Finale de l’Europa League entre Manchester United et Villarreal : une opposition de style

© Belga Image

25 mai 2021 à 16:45Temps de lecture3 min
Par Hervé Gilbert
Cette finale européenne ne sera pas seulement une nième confrontation entre un club de Premier League et de Liga. L’édition 2021 de cette Europa League nous réservera une opposition, attendue, entre rigueur espagnole lardée d’expérience et la force de frappe parfois inconstante mais riches d’individualités d’un plus riche club anglais. Le suspens risque bien d’être là. Voici pourquoi.

Villareal, c’est l’organisation tactique et l’expérience.

En atteignant la finale de cette Europa League, l’équipe espagnole atteint son objectif. Trois fois demi-finalistes (2004-2011-2016), les Espagnols ont d’abord fait parler les chiffres. 14 matches, 12 victoires, 2 partages, 30 buts marqués contre 8 encaissés, le club 7e en Liga connait cette compétition comme sa poche. Villareal détient d’ailleurs plusieurs records comme celui du plus grand nombre de participations en phase finale (8), du plus grand nombre de matches joués (88 soit 23 de plus que Salzbourg) ou encore du plus grand nombre de buts marqués (151). Les Espagnols restent sur 23 matches européens sans défaite face à des adversaires étrangers. Le dernier revers remonte à la saison 2018-2019. C’était face à Valence en quarts de finale de cette compétition. Pour Thomas Chatelle, notre consultant lors de cette finale demain soir, cette équipe avait pourtant moins d’atouts que quelques grosses cylindrées comme Arsenal (sorti en demi-finale) ou Tottenham. Sa force réside essentiellement dans son expérience et son organisation tactique : " Unay Emery est un maître tacticien. Au PSG comme à Arsenal il devait composer avec une réalité où les individualités, les stars étaient fatalement plus présentes. Ici, il a posé un 4-4-2, très solide, bien huilé, où la star, c’est l’équipe". Le jeu de Villareal se marque par cette rigueur tactique menée par beaucoup de joueurs d’expérience au travers d’un groupe très compact. "Ces joueurs ne seront pas impressionnés par l’enjeu de ce match. La plupart se sont construit une solide carrière à un haut niveau. Ils ont les capacités techniques nécessaires pour faire face à Manchester, à faire bloc et à ressortir proprement". Les joueurs clefs seront Gérard Moreno et Paco Alcacer (6 buts chacun), Raul Albiol, le leader charismatique, l’homme des phases arrêtées et impérial dans les airs, Daniel Parejo, entre n°10 et n°6 très fort à la relance, sans oublier Samu Chukwueze redoutable en homme contre homme sur les flancs, sans oublier Carlos Bacca (ex-Bruges) devant.

Manchester United, encore le grand favori.

Sortis en demi-finale par Séville l’an dernier, les Red Devils ont toujours été éliminés par des clubs espagnols ces trois dernières saisons en Europe. 3es du groupe H de la Ligue des Champions (derrière le Paris Saint-Germain et Leipzig), les Anglais ont été reversés en Europa League après des prestations en dents de scie qui caractérisent leur saison (victoires à Paris et face à Leipzig avant de perdre 3 de leurs 4 derniers matchs de poule). 2e derrière le voisin de City en championnat, United fait étonnement preuve de moments d’absence. Ce qui pour Thomas Chatelle est très bizarre : " C’est une équipe qui a toutes les qualités pour jouer les premiers rôles en ligue des champions. Mais ces joueurs sont curieusement inconstants. Notamment en défense où les centraux sont parfois peu mobiles et assez lents et donc souvent mis en difficultés face à des joueurs rapides. La plus grande opposition de style sera tactique. Ole Gunnar Solskjaer n’est pas le plus grand des tacticiens. Il n’a pas vraiment réussi à mettre une griffe sur son équipe. Ce n’est pas lui qui peut faire basculer un match. Mais il tient son groupe et obtient des résultats". L’entraîneur court d’ailleurs toujours derrière son premier trophée européen en tant que manager tout comme derrière son premier titre après plus de 2 ans passés à Manchester United. Parmi les joueurs clefs, citons Paul Pogba, longtemps blessé, mais capable de tout faire en milieu de terrain et Bruno Fernandes, certainement le meilleur donneur d’assists en Angleterre derrière Kévin De Bruyne (27 buts, 17 passes décisives en 55 matches). La jeunesse offensive de Manchester et les coups de génie de ses stars feront face au bloc expérimenté de Villareal dans une finale qui s’annonce plus équilibrée qu’on ne le pense.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous