RTBFPasser au contenu
Rechercher

Vie pratique

Fini de rouler sur les trottoirs avec sa trottinette : leur utilisation est enfin encadrée

Rouler à l’endroit prévu pour les piétons, c’est désormais interdit.
17 mars 2022 à 06:04 - mise à jour 17 mars 2022 à 11:54Temps de lecture2 min
Par Belga

Les ministres de la Mobilité du pays se sont accordés sur un cadre d’utilisation des trottinettes électriques et autres monoroues, hoverboards, segways, a annoncé le ministre fédéral Georges Gilkinet.

Plusieurs mesures seront prises pour limiter les risques d’insécurité routière générés par cette nouvelle forme de déplacement en plein essor depuis quelques années. Des zones de stationnement verront le jour.

Actuellement les trottinettes peuvent être stationnées sur les trottoirs à condition de ne pas entraver le passage. En pratique, c’est pourtant l’anarchie qui règne et la cohabitation avec les cyclistes et les piétons est loin d’être aisée.

A l’exception des personnes à mobilité réduite (PMR), des places de stationnement interdit seront instaurées ainsi que des zones de stationnement obligatoire et des zones où le stationnement reste autorisé sur le trottoir sans gêner le passage.

Le cabinet de Georges Gilkinet a communiqué les quatre grandes règles de circulation pour les trottinettes :

  • Instauration de zones de stationnement : actuellement, la trottinette peut être stationnée sur les trottoirs à condition de ne pas entraver le passage. Cependant, l’anarchie régulièrement constatée dans ce stationnement ne facilite pas la cohabitation avec les piétons ou encore les cyclistes. Exception faite pour les PMR, il y aura désormais des zones de stationnement interdit, des zones de stationnement obligatoire (drop off) ainsi que des zones où le stationnement reste autorisé sur le trottoir sans gêner le passage. Un mauvais stationnement sera considéré comme une infraction de 2e degré, avec une amende de 116 euros.
  • Limitation pour les moins de 16 ans : dans un objectif évident de sécurité routière, il est important d’éviter que des enfants ou de jeunes adolescents ne circulent au milieu du trafic motorisé sur des engins qui peuvent aller jusqu’à 25 km/h et qui ne sont pas forcément stables ou habiles à manier. Cependant sur la digue, sur le réseau Ravel ou encore par exemple dans les rues réservées au jeu, les plus jeunes pourront continuer à utiliser leurs trottinettes, hoverboard ou autre car ce sont des zones plus sûres où le risque d’accident est plus faible.
  • Interdiction de rouler sur les trottoirs : il s’agit du principal comportement mettant les piétons en danger. La règle actuelle permettant de rouler au pas sur le trottoir ne semble pas respectée. Il est donc nécessaire de l’adapter en interdisant purement et simplement l’usage de la trottinette électrique sur les trottoirs (exception faite pour les PMR). Dans une zone piétonne, un panneau de signalisation précisera si une trottinette électrique peut ou non y circuler (si oui, ce sera à l’allure du pas). La police pourra verbaliser avec la perception immédiate d’une amende de 58 euros.
  • Interdiction de rouler à deux sur un engin : le transport de passager sur une trottinette n’est actuellement pas interdit. Même si les opérateurs de mobilité partagée le précisent dans leurs conditions d’utilisation, il s’avère néanmoins nécessaire de clarifier cette règle au regard des risques encourus. Les trottinettes électriques ne sont en effet pas aussi stables qu’un vélo et le risque de chute et de blessure est plus élevé. Il sera dès lors désormais interdit de transporter en trottinette électrique des passagers. L’amende encourue sera alors de 58 euros via perception immédiate.

Trottinettes électriques : le grand flou juridique

Le Scan

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Privatiser son trottoir de façon permanente vous expose à de grosses amendes

Regions

La réglementation des trottinettes électriques approuvée en commission Mobilité de la Chambre

Politique

Articles recommandés pour vous