RTBFPasser au contenu

Regions

Fleurs à couper: une activité originaire de Suisse et d'Allemagne

Fleurs à couper
26 juil. 2011 à 12:091 min
Par Christine Pinchart

Wilhem Bommers est arrivé d'Allemagne, le concept de "fleurs coupées" dans ses bagages. Il a ouvert son premier champ, puis il a rencontré Philippe De Wulf et ensemble ils ont étendu leurs activités.

Wilhem est fermier et Philippe est entrepreneur de parcs et jardins. "Il faut vivre à proximité des champs, par facilité, pour effectuer le travail d'entretien. Mais ça fonctionne mieux si les visiteurs sont seuls quand ils coupent les fleurs".

Un site où tout est soigneusement indiqué: conseils de coupe, conservation des fleurs, fleurs disponibles... "Les gens sont motivés, ils viennent avec leur sécateur et apprennent à couper de manière efficace. Devant chaque champ, il y a une caisse tirelire, où l'on dépose ce que l'on veut. Je veille aussi à varier les plaisirs et à offir une diversité de fleurs. On commence avec les jonquilles, puis les Tulipes. En ce moment c'est la période des Glaieuls, des Dalhias et des Tournesols. Il faut semer 4 ou 5 fois pour étendre la récolte".

Philippe précise qu'il n'a pas à se plaindre et que l'année prochaine de nouveaux champs verront le jour, pricipalement en Province de Brabant Wallon. Aujourd'hui huit champs sont disponibles pour le public: 3 en Province de Namur et 1 à Nil-Saint-Vincent en Brabant Wallon.

A noter également la présence de 3 parcelles en Province de Liège et une dans le Limbourg.

Christine Pinchart

 

Les champs de fleurs

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

13 mai 2022 à 13:48
11 min

Articles recommandés pour vous