Regions Luxembourg

Foire de Libramont, un conseil d'administration pour modifier un mode de rémunération de la Directrice pas très "éthique"

A quelques jours de l’ouverture de la Foire de Libramont après deux ans d’absence, il apparait que la Directrice de la Foire est rétribuée par deux canaux différents, dont l’un interpelle le Gouvernement Wallon. Depuis 15 ans, Natacha Perat perçoit à côté de son salaire de manager de la Foire, des revenus comme consultante via une société établie… au Grand-Duché de Luxembourg. Le Président du Conseil d’Administration de Libramont Coopéralia, Jean-François Piérard le confirme : " La Foire et la Directrice ont conclu un accord, qui arrangeait tout le monde. Les deux parties étaient gagnantes, mais je comprends qu’aujourd’hui, au nom de l’éthique, les choses doivent changer", poursuit Jean-François Piérard. Un Conseil d’Administration sera programmé dans les tous prochains jours pour trouver une solution et Jean-François Piérard, d’ajouter " il ne doit pas y avoir de victime dans cette affaire. Ni la foire, ni la Directrice !".

Trois conditions pour l'octroi de la subvention wallonne

Si l’attention du Gouvernement Wallon a été attiré sur cette pratique,  révélait " le Soir " ce week-end, c’est que l’avis de l’inspection des finances était sollicité, pour l’octroi de la subvention 2022 à la Foire de Libramont (une subvention pour un total de 853.000€) ! Du côté de la Foire, on explique que ces subventions ne sont en rien destinées au paiement de la consultance, mais bien à la promotion de la Foire et à ses aspects éducatifs. La Wallonie a donné son accord pour octroyer la subvention, mais à trois conditions. Il ne doit plus y avoir de contrat de consultance via une société luxembourgeoise! De son côté la SOGEPA qui détient aujourd’hui 75% des parts de la société immobilière qui gère le bâtiment du LEC (Libramont Exhibition & Congress ", centre névralgique de la Foire), est chargé de vérifier la viabilité économique de l’événement. Et puis, l’inspection des finances va analyser la situation et s’assurer que la subvention est utilisée à bon escient ! Le Ministre de l’’Agriculture, Willy Borsus confirme les conditions exigées par la Wallonie et dit attendre l’analyse de l’inspection des finances. Du côté de la Foire, on se dit "très serein par rapport à l’audit et à l’analyse et on et affirme " avoir toujours géré l’outil en bon père de famille ".

Sur le même thème : archive du JT du 27/07/2019

Libramont : redorer l'image de la viande

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La Foire de Libramont de retour avec le thème de l'agriculture durable, après deux ans d'éclipse due au Covid

Regions Luxembourg

L’agriculture, un secteur essentiel mais qui évolue d’année en année

Regions Luxembourg

Articles recommandés pour vous