Regions

Fosses-la-Ville : une association dénonce le projet de démolition de l’hôtel de ville

L’hôtel de ville de Fosses-la-Ville et le socle résiduel de l’ancien kiosque sur la place du Marché

© RTBF

17 févr. 2022 à 10:21Temps de lecture2 min
Par Nicolas Lejman

La Communauté Historia, une association de protection du patrimoine en Wallonie, tire à boulet rouge sur le projet de rénovation urbaine présenté par la commune de Fosses-la-Ville. Ce qui pose problème ? La démolition programmée de l’hôtel de ville actuel, un bâtiment qui présenterait un grand intérêt patrimonial malgré qu’il ne soit pas classé officiellement. "Oui, c’est un patrimoine parce qu’il a été construit au début du siècle dernier par l’architecte Van Langendonck, président de la chambre des architectes, un bâtiment assez imposant avec une certaine qualité au niveau des matériaux" estime Virgile Declercq, le président de l’asbl, "Aujourd’hui, il est prévu de le démolir alors que son état sanitaire et structurel ne le justifie pas".

Si le projet porté par les autorités communales vise à moderniser le centre de la localité et à connecter la place du Marché avec le parvis de la collégiale Saint-Feuillen, la Communauté Historia regrette que cela se fasse au détriment du patrimoine fossois. "Nous sommes tout à fait en faveur d’une rénovation urbaine car le centre de Fosses en a besoin, mais pas à n’importe quel prix" assure Virgile Declercq, "Au départ, dans les fiches de rénovation urbaine, l’hôtel de ville devait être conservé. C’était écrit noir sur blanc, le bâtiment devait être transformé avec peut-être des appartements aux étages. Aujourd’hui, on se rend compte que la commune fait à nouveau des choix qui ne sont pas en faveur de son patrimoine".

L’affaire du kiosque démonté

Car ce n’est en effet pas la première fois que la Communauté Historia monte au créneau à Fosses-la-Ville. En mars 2020, la Ville faisait démonter la partie haute du kiosque situé sur la place du Marché, juste devant l’hôtel de ville. Selon le bourgmestre Gaëtan de Bilderling, la stabilité de l’édifice n’était plus garantie et menaçait la sécurité des passants. Or, un rapport de l’Agence wallonne du patrimoine (AWAP) écartait formellement tout risque d’effondrement et invitait la commune à le restaurer. Le kiosque ayant été malgré tout démonté, rien ne justifiait dès lors qu’il soit maintenu sur la liste du patrimoine classé et la ministre wallonne en charge du Patrimoine, Valérie De Bue, dût entamer une procédure de déclassement.

C’est contre cette procédure de déclassement que la Communauté Historia s’était insurgée à l’époque et avait saisi le Conseil d’Etat, une affaire toujours pendante à l’heure actuelle. D’ailleurs, l’association espère encore pouvoir contraindre la commune à restituer le kiosque tel qu’à l’origine. "Le kiosque, parce qu’il était classé, protégeait d’une certaine manière l’hôtel de ville parce qu’il était compris dans son périmètre de classement", souffle Virgile Declercq qui soupçonne les autorités fossoises d’avoir prétexté une menace pour la sécurité publique afin de se débarrasser d’un obstacle et d’avoir, à présent, les mains libres pour démolir l’hôtel de ville.

"Si effectivement l’idée d’une démolition persiste dans les projets de la Ville, nous irons en justice pour faire protéger le patrimoine de Fosses-la-Ville" avertit le président de l’association.

Dans le calendrier présenté au public, la commune espère pouvoir lancer les travaux au début de l’année 2024 et aboutir pour les fêtes de la Saint-Feuillen en 2026.

Sur le même sujet

Kiosque de Fosses-la-ville : l’arrêt du conseil d’Etat suspend sa démolition au grand dam des autorités communales

Regions

Articles recommandés pour vous