RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Fracture numérique: les seniors encore plus isolés suite au Covid-19

Fracture numérique: les seniors encore plus isolés suite au Covid-19
02 oct. 2020 à 12:45 - mise à jour 02 oct. 2020 à 12:45Temps de lecture2 min
Par Benjamin Verpoorten

Le numérique prend de plus en plus de place chez nous. Désormais, presque tout se passe en ligne: activités bancaires, réservations et même communication. Une tendance qui s'est renforcée avec le confinement et la crise sanitaire.

Une situation qui pose problème pour 40% de la population. Et c'est encore plus vrai chez nos seniors. C'est le cas de Liliane Malisoux, une Spadoise de 76 ans.

J'ai eu trois ordinateurs, mais je n'ai jamais trouvé quelqu'un pour apprendre à m'en servir
 

A 76 ans, Liliane est toujours très active.
A 76 ans, Liliane est toujours très active. RTBF

C'est une p'tite femme en pleine forme. A 76 ans, Liliane est toujours très active. Elle a d'ailleurs fait son 7ème tour du monde l'an dernier. Mais malgré cela, Liliane a un handicap, et pas des moindres: elle ne sait pas utiliser d’ordinateur. "J'ai eu trois ordinateurs, mais je n'ai jamais trouvé quelqu'un pour apprendre à m'en servir" explique-t-elle.

Un manque de compétence qui lui pose problème au quotidien: "Vous avez envie de visiter un château ou d'aller au restaurant, même ici à Spa, il faut aller sur internet pour faire une réservation".

Pendant le confinement, je pleurais tous les matins

Et c'était pire durant le confinement. Banques, mutuelles, administrations, tout était fermé. Les services en ligne ont pris le dessus. Liliane s'est sentie abandonnée: "Pendant le confinement, je pleurais tous les matins, alors que ce n'est pas du tout dans mon caractère normalement, mais j'étais vraiment bouleversée de cette situation" témoigne Liliane.

Le numérique, un outil incontournable auquel il faut bien s'adapter

Mais ce sentiment d'abandon ne date pas d'hier. Au niveau bancaire, le digital est privilégié depuis plusieurs années. Des services papiers sont toujours proposés, mais ils sont souvent plus chers et plus lents. Le constat est donc clair: le digital est incontournable et le public n'a pas d'autre choix que de s'adapter. Violaine Wathelet, secrétaire politique chez Enéo, mouvement social des aînés: "On dit aux gens: c'est comme ça et maintenant débrouillez-vous, nous, de toute façon, c'est comme ça qu'on fait! Et donc on supprime toutes les opérations manuelles et les contacts entre humains, ce qui fait que les personnes deviennent -et on est tous- dépendants des outils numériques".

Pour les banques, le digital reste prioritaire

Une dépendance qui pose problème, surtout chez les seniors. Selon l'agence du numérique, passé 70 ans, ils sont presque 2 fois moins à utiliser internet pour gérer leur argent. Le secteur bancaire le sait, mais pour lui, le digital reste prioritaire. Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin, la Fédération belge du secteur financier: "On doit permettre finalement à chacun d'utiliser le moyen qui est le plus performant pour faire son opération et bien souvent on constate que, pour des personnes âgées, c'est plus simple de pouvoir le faire depuis la maison sans devoir se déplacer en agence avec des solutions digitales".

Des formations existent, "mais elles sont trop peu nombreuses"

Mais pour cela, un accompagnement est nécessaire. Des formations existent. Mais pour la Fédération Roi Baudouin et l'agence du numérique, elles sont trop peu nombreuses.

Covid-19 : le virus accentue la fracture numérique

JT 13h

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Code numérique bruxellois: un appel pour maintenir un accès non numérique aux services

Belgique

Ne pas savoir naviguer sur internet, utiliser une clé USB... L'illectronisme est aussi un facteur qui peut mener à l'exclusion

Articles recommandés pour vous