RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

France : le gouvernement sous le feu des critiques pour son recours au cabinet de conseil américain McKinsey

A moins de quinze jours du premier tour de l'élection présidentielle, le gouvernement français fait face aux critiques pour son recours au cabinet de conseil américain McKinsey, soupçonné de n'avoir pas payé d'impôt en France en dix ans.

Le gouvernement n'a "pas de leçons à recevoir en matière de lutte contre l'optimisation fiscale", a martelé mercredi sur la radio privée Europe 1 le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, en réponse aux soupçons d'optimisation fiscale pesant sur des filiales françaises du cabinet américain.

Une commission d'enquête du Sénat sur le recours par l'Etat aux cabinets de conseil a dénoncé dans son rapport publié mi-mars un "phénomène tentaculaire", au coût croissant pour les finances publiques, et accusé les entités françaises de McKinsey d'optimisation fiscale, de telle sorte qu'elles n'auraient versé aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020.

Une vérification fiscale lancée par le gouvernement

L'opposition s'est emparée de cette affaire et a réclamé des comptes au président Emmanuel Macron, candidat à sa réélection, ainsi que son gouvernement sur le large recours de l'exécutif à des cabinets de consultants, révélé par un livre "Les Infiltrés", publié en février. La gauche radicale de Jean-Luc Mélenchon a dénoncé un "scandale d'Etat".

M. Le Maire a assuré qu'une "vérification fiscale" avait été lancée par son ministère à l'encontre de McKinsey "avant le rapport du Sénat". Mais contacté par l'AFP, le ministère n'a pas souhaité apporter davantage de précisions sur le calendrier de ce contrôle fiscal.

Selon un article publié mercredi dans La Lettre A, la Direction générale des Finances publiques aurait lancé ce contrôle en décembre 2021. 

La vérification porterait sur deux entités françaises du cabinet américain, McKinsey & Company INC. France et McKinsey & Company SAS, précisément les deux sociétés épinglées par le Sénat dans son rapport.

"On sait bien que de grandes entreprises internationales font des profits en France. Nous allons vérifier (...) McKinsey paiera tous les impôts qu'il doit à la France rubis sur l'ongle", a insisté mercredi M. Le Maire.

M. Macron "a pendant cinq ans combattu l'évasion fiscale, combattu l'optimisation fiscale, mis sur pied la taxation des géants du digital", a énuméré son ministre..

S'il y a des preuves de manipulation, que ça aille au pénal

Le président français était apparu dimanche très agacé par cette affaire. "S'il y a des preuves de manipulation, que ça aille au pénal", a-t-il lancé sur la télévision publique France 3. "On a l'impression qu'il y a des combines, c'est faux", a-t-il ajouté, affirmant que "la règle des marchés publics" était respectée pour tous les contrats.

Le sujet est politiquement sensible pour l'exécutif, accusé depuis l'arrivée au pouvoir de M. Macron de multiplier les contrats avec des groupes privés de conseil, souvent anglo-saxons, avec des contrats le plus souvent non divulgués au public.

Le rapport du Sénat a ainsi cité des  contrats comme celui de "près de 4 millions d'euros à McKinsey pour la réforme des APL", les aides au logement, ou un contrat de 496.800 euros en 2020 pour "éclairer les évolutions du métier d'enseignant".

Le cabinet McKinsey a pour sa part réaffirmé samedi respecter les règles fiscales françaises.

>> Retrouvez toutes les informations sur l'élection présidentielle française de 2022

Sur le même sujet

France : perquisition en cours au siège français de McKinsey, soupçons de fraude fiscale

Justice

McKinsey paiera tous les impôts qu'il devra en France, réaffirme Bruno Le Maire

Monde Europe

Articles recommandés pour vous