RTBFPasser au contenu
Rechercher

France : Simon Gutman, "mémoire d'Auschwitz", est mort à 97 ans

France : Simon Gutman, "mémoire d’Auschwitz", est mort à 97 ans
07 oct. 2020 à 14:11Temps de lecture2 min
Par Belga

Simon Gutman, l’un des premiers juifs à avoir été déportés de France pour Auschwitz en mars 1942, est mort lundi à 97 ans, a annoncé mercredi l’Union des déportés d’Auschwitz (UDA).

"Il était la mémoire des choses que nous avons vécues. Et parce qu’il était arrivé dans les premiers, il était aussi la mémoire des choses que nous n’avons pas connues de cet endroit", a déclaré à l’AFP le résistant et survivant d’Auschwitz Raphaël Esrail, président de l’UDA.

"Dans notre jargon, il faisait partie des 'petits numéros', il était tatoué dans les 30.000, je suis dans les 200.000", se remémore son ami.

Simon Gutman a été inhumé mercredi au cimetière de Bagneux, près de Paris.

Arrêté à Paris à l’âge de 18 ans et transféré à Drancy, au nord-est de Paris, il est dans le premier convoi de 1112 détenus juifs qui part le 27 mars 1942 de ce camp d’internement pour la Pologne. Et l’un des 19 qui survivront.


►►► À lire aussi : De jeunes Belges découvrent les camps d’Auschwitz : "Ça pourrait recommencer demain"


A Auschwitz, il est versé dans un kommando (unité de travail forcé) de Birkenau : "Là, les gardes – des droits communs allemands, des + assassins + – nous faisaient sortir à 3h00 du matin dans le froid et nous aspergeaient d’eau glacée", racontait-il en 2012 à l’AFP.

"Pas d’eau, pas de sanitaire, des poux, une nourriture infecte : ce n’était pas la Tour d’argent", disait-il avec un humour qui lui tenait à cœur pour enfin relater "l’enfer", après des années de mutisme, notamment auprès de ses proches.

Simon Gutman disait devoir sa survie à son affectation à la cuisine du camp.


►►► À lire aussi : 5 "pavés de la mémoire" à Liège pour immortaliser la tragédie de la Shoah


Malade du typhus, il survit aussi à son premier transfert en octobre 1944 dans le camp allemand de Tailfingen (Bade-Wurtenberg). De là, il réussit à s’échapper, à la faveur d’un orage, et entreprend une "marche de la mort" avec quatre autres déportés vêtus de leurs seuls pyjamas rayés.

A son retour à Paris, il apprend que sa mère, ses trois frères et ses deux sœurs n’ont pas survécu.

"Avec la disparition des derniers témoins, c’est à nous désormais de transmettre la mémoire de la Shoah pour ne jamais oublier", a réagi dans un tweet la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Articles recommandés pour vous